RTBFPasser au contenu
Rechercher

Musique - Rock

Qu’est-ce que la city pop, ce genre musical japonais dont raffole Harry Styles ?

La city pop japonaise emprunte au funk, à la soul, à la disco, à la lounge et même au yacht rock.
28 mai 2022 à 09:21Temps de lecture3 min
Par AFP

Harry Styles a contribué à remettre de nombreuses tendances vestimentaires au goût du jour. Il en fait de même musicalement avec son dernier et troisième album, "Harry’s House". Le chanteur anglais y rend hommage à la city pop japonaise, un genre autrefois critiqué pour être de la musique d’ascenseur. Décryptage.

En bon représentant des millennials, Harry Styles est enclin à la nostalgie. Ce n’est donc pas étonnant qu’il ait puisé l’inspiration pour son dernier album, "Harry’s House", dans les années 70 et 80. Et plus particulièrement dans la city pop, ce genre musical né dans un Japon en pleine prospérité.

A l’époque, l’Occident est déstabilisé par le second choc pétrolier tandis que le pays du Soleil-Levant est en plein boom économique. Les innovations dans le secteur de l’automobile et de la technologie contribuent à accroître l’influence internationale du pays. Le temps est à la fête à Tokyo et ailleurs. La city pop japonaise puise son énergie dans cette effervescence urbaine.

"Le public dépensait sans compter en vin et alcool, luxe, vêtements, œuvres d’art, et voyages internationaux. La vie urbaine japonaise, des restaurants glamour aux clubs en passant par les bars miteux, n’avait aucune égale. Le Japon avait besoin d’une nouvelle bande-son pour ce nouveau mode de vie, et la city pop était née", a expliqué Eli Cohen, qui a aidé à assembler le disque "Tokyo Nights", à Vice.

Ce genre musical emprunte au funk, à la soul, à la disco, à la lounge et même au yacht rock. Il mêle un nombre de références et d’influences, notamment asiatiques et américaines. Les artistes emblématiques de la city-pop s’inspirent des sons de groupes californiens comme Buffalo Springfield et Little Feat. Tatsurō Yamashita a même sorti un album entièrement constitué de reprises des Beach Boys.

L’attrait de la nostalgie

Harry Styles s’est, lui, tourné vers la discographie d’un autre maître de la city-pop, Haruomi Hosono, pour "Harry’s House". Le titre de son troisième album est d’ailleurs un hommage au premier disque solo du musicien japonais, "Hosono House". Le disque est ponctué d’autres références, plus ou moins directes, à la city-pop, et plus généralement au Japon.

La preuve avec "Music for a Sushi Restaurant". L’ancien membre des One Direction l’a composé après avoir entendu une autre de ses chansons dans un restaurant japonais. Un drôle de choix de fond sonore, comme il l’a expliqué à la radio publique américaine NPR. C’est pourquoi il a décidé d’écrire un titre plus adapté à ce type d’établissement. Résultat : un titre énergique ponctué par des cuivres, des basses et des voix étouffées.

Loading...

Harry Styles n’est pas le seul, ni le premier, à ressusciter la city pop japonaise. Si ce genre musical est tombé en disgrâce au début des années 90, il est revenu en force vingt ans plus tard sur Tumblr et YouTube. Des titres emblématiques comme "Plastic Love" de Mariya Takeuchi comptent plusieurs dizaines de millions de vues sur le service d’hébergement de vidéos de Google.

La raison ? La nostalgie ou plutôt la "fauxtalgie", ce sentiment de manque que l’on peut ressentir vis-à-vis d’une époque que l’on n’a jamais connue. Il est particulièrement répandu chez les membres de la génération Z, pour qui tout ce qui est ancien est… nouveau.

La city pop illustre bien ce paradoxe. Pour la journaliste Cat Zhang, ce genre musical est "suffisamment familier pour être réconfortant" tandis que "les paroles en japonais créent une atmosphère exotique et mystérieuse, ce qui permet aux auditeurs occidentaux de projeter librement leurs désirs".

Nicolas Faustin en a fait l’expérience. Ce TikTokeur, dont les publications mêlent "musique, nostalgie et danse", a récemment partagé son amour de la city pop avec ses 300.000 abonnés. "Écoutez-moi la vibe paisible de fou que ça dégage, ça arrive à me rendre nostalgique des années 80 sans y avoir vécu", explique-t-il dans une vidéo présentant le morceau "Midnight Pretenders" de Tomoko Aran. Harry Styles serait sûrement de son avis.

Loading...

Articles recommandés pour vous