Monde Europe

Qui est Sanna Marin, la Première ministre finlandaise cible de critiques pour avoir participé à une fête ?

La première ministre de Finlande, Sanna Marin, tient une conférence de presse à Helsinki, en Finlande, le 19 août 2022, après que des vidéos la montrant en train de faire la fête et divulguées sur les médias sociaux ont suscité des critiques. La première

© Lehtikuva

20 août 2022 à 13:23 - mise à jour 20 août 2022 à 18:56Temps de lecture4 min
Par Marie-Laure Mathot

C’est une vidéo privée qui montre des gens faisant la fête, en train de danser avec, peut-être, un verre dans le nez. Parmi ceux et celles qui s’amusent, la Première ministre finlandaise, Sanna Marin. Une scène de vie a priori tout à fait légale – rien à voir avec le "partygate" de Boris Johnson - publiée sur les réseaux sociaux par une source inconnue et qui vaut aujourd’hui à Sanna Marin un test de détection de drogue.

"Bien que je trouve déraisonnable l’exigence de passer un test antidrogue, pour ma protection juridique et afin de dissiper tout soupçon, j’ai passé un test de dépistage de drogue aujourd’hui dont le résultat sera disponible dans une semaine environ", a-t-elle déclaré aux journalistes à sa résidence ce vendredi.

Ces accusations sont assez graves

"Il sera alors mis à la disposition des médias. Je considère que ces accusations sont assez graves. Je veux protéger ma réputation." La plupart des critiques ont porté sur le fait qu’elle était en service en tant que Premier ministre à ce moment-là. D’autres sont carrément sexistes lui reprochant la manière dont elle danse.

Finlande : la première ministre a passé un test de drogue

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Depuis qu’elle est devenue la plus jeune cheffe du gouvernement au monde en 2019, Sanna Marin a déjà subi plusieurs vagues de critiques liées à ses dépenses, ses loisirs, sa manière de se vêtir, son âge ou son genre. Son gouvernement paritaire aussi. Une étude du Centre d’excellence de communication stratégique de l’OTAN (Stratcom) de 2020, montre à quel point ces attaques sont fréquentes et participaient à un "harcèlement coordonné" envers les ministres finlandaises sur le réseau social Twitter. Ce harcèlement est même pointé comme "menace pour la démocratie".

Sa manière de diriger le pays dérange donc certains qui n’hésitent pas à pousser le bouchon trop loin selon l’analyse de cette journaliste, correspondante pour le journal Le Monde. Mais elle souligne aussi sa "volonté de dépoussiérer la fonction" et "d’agir comme une femme de son temps".

Loading...

Au-delà de cette polémique, quelles sont les actions politiques de Sanna Marin ? Comment dirige-t-elle un gouvernement quotidiennement ? Nous avons pointé trois événements marquants du parcours politique de la sociale-démocrate.

La Finlande a introduit ratification à l’OTAN pour faire front à Poutine

Après deux siècles de neutralité, Sanna Marin a été la première cheffe de gouvernement finlandaise à rompre avec une position de "non-alignement" de la Finlande. Ce qui a poussé la cheffe de gouvernement à demander l’adhésion à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan), c’est le conflit en Ukraine et, surtout, son assaillant, la Russie. Avec 1300 kilomètres de frontières communes, c’est une manière de se protéger de celui qui a déclaré la guerre, mais aussi de s’en distancier idéologiquement. "La promotion d’un ordre mondial fondé sur des règles, les droits de l’homme et la paix sont les pierres angulaires de la politique étrangère de la Finlande", avait-elle déclaré à l’époque lors d’un discours au Parlement.

Loading...

Un Etat de droit que la première ministre défend devant le chef de gouvernement hongrois Viktor Orban dans le débat sur l'attribution de subsides européens. Et donc aussi devant Vladimir Poutine dont le porte-parole a qualifié la demande d’adhésion d'"erreur" en parlant de "conséquences politiques et militaires". La Russie a d’ailleurs coupé l’arrivée de gaz à la Finlande qui refusait de le payer en rouble. Qu’importe, la candidature est en cours de ratification. Sanna Marin va même plus loin en voulant limiter les visas touristiques russes sur le sol européen.

Cette candidature a également réveillé la colère d’un autre dirigeant, Recep Tayyip Erdogan qui accuse le pays d’héberger des "terroristes", soit des membres du parti des travailleurs kurdes (PKK). Des discussions sur le principal point de blocage, l’extradition de ces résidents, doivent avoir lieu à la fin de ce mois.

Son gouvernement a porté le congé de naissance à égalité entre les deux parents

C’était une des toutes premières mesures promises : accorder le même nombre de jours de congé à chaque parent après une naissance. Ainsi, à partir de septembre 2022, les pères ont droit comme les mères à 160 jours chacun. Dans cette enveloppe, la mère ou le père peuvent donner jusqu’à 63 jours à son ou sa partenaire. De quoi instaurer une égalité entre les hommes et les femmes dans les couples hétérosexuels, comme le soulignait la ministre des Affaires sociales, Aino-Kaisa Pekonen : "Le partage des responsabilités parentales dans la vie quotidienne sera simplifié et la relation entre les deux parents et l’enfant renforcée dès le plus jeune âge". Quant aux parents solos, ils ont droit à deux fois 160 jours.

À titre de comparaison, en Belgique, le congé de naissance pour le père ou le coparent a été allongé à trois semaines en 2021, sera allongé à un mois en 2023. La mère a, quant à elle, trois mois de congé de maternité. Tous les parents peuvent ensuite demander un congé parental qui est de quatre mois.

Son pays a enregistré un des taux les plus bas d’infection au Covid 19

On l’oublierait presque mais cela a été une sacrée épreuve pour tous les élus en place en 2020 et 2021 : la pandémie de Covid 19. Les décisions prises par le gouvernement de Sanna Marin ont permis de garder les chiffres très bas au début de la pandémie et à limiter les dégâts de manière générale. Mais ce qui n’a pas empêché le pays de connaître une vague importante (toutefois d’une moins grande ampleur qu’ailleurs) en 2021. Cela avait alors fait baisser la cote de popularité du gouvernement mené par la sociale-démocrate.

© Our world in data

Des décisions qui montrent donc une cohérence politique dans un style bien à elle. Elle a osé être une "figure clivante" : "icône à l’étranger, populaire auprès d’une partie des Finlandais […] mais agaçant les autres pour son refus de rentrer dans le rang", comme la décrit la correspondante du Monde sur Twitter.

Sur le même sujet

Ces mots finnois presque impossibles à prononcer qui représentent bien la culture du pays

Voyages

Sauna, avanto, sève végétale : trois rituels beauté à piquer aux Finlandais pour affronter la rentrée

Santé physique

Articles recommandés pour vous