Radium Girls : BD, Histoire et Féminisme

radium girls

© glénat

14 nov. 2020 à 06:19Temps de lecture2 min
Par Jacques Schraûwen

Pas de fiction, aujourd’hui, dans cette rubrique consacrée au neuvième art, mais un sujet qui reste d’actualité, celui du progrès et de celles et ceux qui en sont les victimes…

radium girls
radium girls glénat

Nous sommes en 1918, aux Etats-Unis. Six femmes travaillent côte à côte dans une usine dont les produits remportent un énorme succès commercial. Ce sont des montres dont les chiffres sont visibles dans le noir. Leur boulot est simple : peindre ces cadrans de montres, leurs chiffres, avec une peinture miraculeuse. Avec trois gestes successifs, toujours les mêmes : Lip (lécher le pinceau), Dip (prendre de la peinture), Paint (peindre).

Seulement, cette peinture extraordinaire est issue de recherches scientifiques d’une certaine Madame Curie, de l‘autre côté de l’Atlantique. C’est une peinture à base de radium. Et si le surnom qu’on donne à ces six collègues, ces six amies les font rire (Ghost Girls – les filles fantômes), parce qu’elles sont lumineuses dans le soir, ces rires vont, au fil du temps s’étrangler. Elles seront alors les Radium Girls, six femmes sachant que la mort les attend et attaquant en justice la firme qui les a condamnées en connaissance de cause.

C’est un combat que nous raconte ce livre. Un combat de femmes contre un pouvoir d’hommes. Cela dit, ce combat de femmes est aussi celui des faibles, des laissés pour compte, des trahis. A ce titre, ce livre a un discours plus universel que simplement anecdotique. Mais cela n’empêche nullement cet album d’avoir résolument un message féministe.

Ce que l’auteur, Cy, a voulu, c’est faire de ces victimes des femmes à part entière, de leur donner de la chair, de la présence, au travers de leur combat, certes, mais aussi et surtout de leur quotidien, de leurs joies, de leurs détresses.

Cy

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

radium girls
radium girls glénat

Oui, c’est un livre militant, engagé, sans aucun doute. Mais sans sectarisme et Cy place son récit dans une vraie perspective historique, nous montrant, par exemple, en parallèle, la lutte pour l’obtention du droit de vote aux femmes, par les lois de défense des ouvriers nées de ce procès mené par les radium girls.

L’intelligence de Cy., dessinatrice et scénariste, c’est également d’éviter le mélo, et de centrer son récit sur ces six femmes, sur leur amitié, sur la vie qu’en groupe elles ont vécue, dans et en dehors de leur boulot.

Le sujet est lourd, mais son traitement ne l’est pas du tout. Grâce au scénario à taille humaine. Et grâce au dessin, lumineux, transparent, avec un sens du rythme étonnant. C’est du crayon de couleur, pour un graphisme à l’aspect simple, presque enfantin, dans le bon sens du terme, avec quelques dessins en pleine planche qui ouvrent des chapitres dans une histoire qui nous touche, profondément.

Un livre important, un livre de combat… dans le bon sens du terme !

 

Jacques Schraûwen

Radium Girls (auteure : Cy – éditeur : Glénat – 136 pages)

Articles recommandés pour vous