Icône représentant un article video.

Moteurs

Rallye : Championnat de Belgique et WRC2, Stéphane Lefebvre sur tous les fronts en 2022

25 févr. 2022 à 06:00Temps de lecture2 min
Par Pierre Capart

Alors que se déroule en ce moment le rallye de Suède, 2e manche du championnat du monde WRC, chez nous, le coup d’envoi du championnat de Belgique des rallyes (le BRC) sera donné ce samedi à Saint-Trond. Comme le veut la tradition, c’est l’Haspengouw (le rallye de Hesbaye) qui lancera la saison belge des rallyes. Un championnat de Belgique qui s’annonce, cette année, particulièrement relevé avec de nombreux pilotes qui peuvent prétendre au titre national dont un… Français, Stéphane Lefebvre. Le Nordiste fait même figure de grand favori. L’ex-pilote WRC, champion du monde junior en 2014, connaît bien la Belgique. Il a d’ailleurs remporté le rallye du Condroz à trois reprises mais il s’est aussi déjà illustré à Spa et à Ypres. Au volant d’une Citroën C3 Rally2, préparée par le team belge DG Sport, Stéphane Lefebvre aura, c’est certain, une belle carte à jouer dans notre championnat mais aussi sur la scène internationale dans la catégorie WRC2. La carrière de l’ex-promesse du rallye français pourrait donc bien rebondir en 2022. Le pilote Citroën ne manque en tout cas pas d’ambition comme il nous l’a confié avant d’embarquer pour l’Haspengouw…

 

 

Stéphane, après des débuts tonitruants en rallye, on vous a un peu perdu de vue ces dernières saisons mais cette année, vous revenez avec un copieux programme, tant en Belgique qu’à l’étranger. L’année 2022 s’annonce donc prometteuse ?

" Oui, en tout cas je l’espère. C’est vraiment top de pouvoir s’aligner sur les deux programmes. Je ne connais pas très bien le championnat de Belgique mais je suis impatient de le découvrir. Je pense qu’on peut obtenir de bons résultats avec mon copilote… belge, Xavier Portier. Et en ce qui concerne le WRC2, j’ai déjà un peu d’expérience au niveau mondial même s’il y a de nouveaux rallyes qui ont vu le jour comme la Croatie. Cela ne m’inquiète pas du tout, au contraire je suis bien entouré, bien préparé et j’ai hâte de commencer… "

Les objectifs sont clairs : le titre de champion de Belgique et performer aussi en WRC2

Quels seront les objectifs cette année ?

" On veut gagner un maximum de rallyes, c’est certain et donc remporter le titre de champion de Belgique. Maintenant, on a aussi des ambitions en WRC2. On se dit qu’on a aussi un beau coup à jouer et on espère donc être performants sur tous les fronts ".

Avec un programme copieux en perspective ?

" C’est clair. En Belgique, on participera avec Xavier Portier, à huit épreuves, à savoir l’Haspengouw, le South Belgian Rally, le Rallye de Wallonie, l’Omloop van Vlaanderen, Ypres, l’East Belgian Rally, le Rallye du Condroz et le Spa Rally. Et puis, en parallèle, on prendra également part à plusieurs manches du championnat du monde avec Andy Malfoy, mon autre copilote, en WRC2. Après le Monte-Carlo, on prendra le départ du rallye de Croatie mais aussi du Portugal, de la Sardaigne et forcément le Belgian Rally à Ypres, alors que d’autres épreuves comme la Finlande ou la Grèce pourraient encore venir s’ajouter au programme en fonction des finances ".

Nous avons le meilleur package performance-fiabilité

Un mot sur la Citroën C3 Rally 2. Une voiture qui a bien évolué par rapport à l’an dernier ?

" Absolument. On a beaucoup travaillé sur la C3 cet hiver avec DG Sport et Citroën Racing. Je me sens vraiment bien dans cette voiture et j’ai pleine confiance en ses capacités. Nous avons pour moi le meilleur package en termes de performance et de fiabilité. On a déjà pu le constater au Monte-Carlo malgré une issue défavorable suite à une pénalité. Je suis vraiment excité parce que la voiture, c’est vraiment une balle (rires). Je pense donc qu’il faudra compter sur nous ce week-end à l’Haspengouw,… "

Vous êtes aussi en de bonnes mains avec le Team DG Sport et le soutien de Citroën Racing ?

" Tout à fait. Je connais bien Alain Georges, le Directeur Technique de chez DG Sport Compétition, depuis 2013 et mon programme ERC avec Peugeot à l’époque. On s’est toujours appréciés et pouvoir travailler ensemble est un plaisir partagé. On va tout faire pour pousser le team vers le haut et essayer de gagner le plus souvent possible. On est tous plus motivés que jamais "

Quand vous dites que vous ne connaissez pas le championnat de Belgique, ce n’est pas tout à fait exact. Vous avez déjà participé à quelques rallyes belges avec aussi quelques victoires à la clé ?

" Oui, enfin, c’est toujours le même que je gagne, à savoir, le rallye du Condroz que j’ai remporté à trois reprises consécutivement. Donc, je connais très bien l’épreuve hutoise. Pour le reste, j’ai aussi roulé à Spa et à Ypres bien sûr mais en ce qui concerne les autres rallyes, ce sera la grande inconnue. Il va donc falloir beaucoup travailler pour compenser ce manque d’expérience dans le BRC "

Un championnat qui s’annonce particulièrement relevé cette année…

" C’est le moins qu’on puisse dire. On l’a d’ailleurs vu l’année dernière. Si on cumule les temps des trois premiers à l’issue du championnat, l’écart ne dépasse même pas la minute, c’est dire le niveau de pilotage en Belgique. Je me réjouis d’ailleurs de croiser le fer avec Adrian Fernemont, le champion en titre, Ghislain De Mévius et Grégoire Munster sans oublier les autres prétendants comme Gino Bux et Nicolas Gilsoul. Et puis, n’oublions pas Jos Verstappen, l’ex-pilote de F1, qui va très vite. Cette saison en BRC s’annonce vraiment passionnante ".

La première manche, c’est donc pour ce week-end à l’Haspengouw où vous serez déjà attendu au tournant. Vous ne ressentez pas de pression particulière ?

" Non, c’est la réalité et cela ne me pose aucun problème. Je fais partie des favoris mais comme on l’a dit, je ne suis le seul et c’est très bien ainsi. En ce qui concerne la pression, elle ne me fait pas peur. J’ai roulé en WRC avec notamment Thierry Neuville. Je pense donc que je suis suffisamment armé sur ce plan pour disputer le championnat de Belgique. Même si les pilotes belges seront en terrains connus, ce qui ne sera pas mon cas, je compte bien aller les chatouiller (rires)…

On peut donc dire que c’est un nouveau volet de votre carrière qui s’ouvre cette année ?

" Exactement. C’est comme un second souffle pour moi parce que mon programme officiel avec Citroën s’est terminé en 2018. Il a donc fallu rebondir et accepter de ne plus être pilote officiel de la marque au chevron. J’ai donc participé à quelques rallyes pour garder le rythme, montrer que j’étais encore là et qu’on pouvait toujours compter sur moi. J’ai même accepté de participer à une saison de Corsa en France et cela a apparemment fait office de tremplin pour me permettre d’être à nouveau là aujourd’hui. Parfois, il faut accepter de reculer pour mieux sauter. Je vais donc piloter une Rally2, dans de bonnes conditions, avec un beau programme et j’en suis très fier ".

 

 

 

 

Stéphane Lefebvre sur tous les fronts en 2022
Stéphane Lefebvre sur tous les fronts en 2022 © RTBF

Articles recommandés pour vous