Regions Liège

Ravagés par les inondations il y a un an, les établissements Depairon à Verviers ont retrouvé leur vitesse de croisière

Le nouveau showroom des établissements Depairon, entreprise familiale créée en 1896 !

© Tous droits réservés

Les entreprises de la vallée de la Vesdre ont payé un lourd tribut suite aux inondations de juillet 2021. Nombreuses sont celles qui ont dû arrêter leur activité sur-le-champ. La reprise s’est effectuée au cas par cas, souvent après de longs mois de rénovation après l’intervention des assurances.

A Verviers, les établissements Depairon ont cependant fait exception : bien que dévastée, la blanchisserie de vêtements de travail, qui occupe 160 travailleurs, ne s’est arrêtée que quelques jours et aujourd’hui, elle a repris sa vitesse de croisière.

Seulement quelques jours d’arrêt

La blanchisserie Depairon n’a arrêté ses activités que quelques jours seulement.
La blanchisserie Depairon n’a arrêté ses activités que quelques jours seulement. © RTBF – Philippe Collette

Un miracle ou presque. Cinq jours après avoir été dévastée, l’entreprise Depairon a pu à nouveau fournir ses clients, eux-mêmes surpris par cette reprise rapide, grâce d’abord au personnel. "Quand Monsieur Depairon m’a annoncé qu’il relançait la société de suite, je pense que c’était la moindre des choses de venir donner un coup de main pour pouvoir relancer le tout au plus vite" témoigne Christophe.

Un secteur solidaire

La solidarité du secteur de la blanchisserie a également joué. La société a fait laver les vêtements chez des concurrents le temps de réparer les immenses lessiveuses. "Notre autonomie totale, nous l’avons récupérée janvier, à la grande satisfaction de tous bien entendu parce qu’on a vécu des périodes de travail dans des conditions particulièrement difficiles" explique René Depairon, patron de l’entreprise.

Les immenses lessiveuses des établissements Depairon sont opérationnelles depuis plusieurs mois déjà.
Les immenses lessiveuses des établissements Depairon sont opérationnelles depuis plusieurs mois déjà. © Tous droits réservés

On ne fait pas une croix sur une société qui a 125 ans d’existence

Les assurances ont financé partiellement les 12 millions de dégâts. La société, heureusement florissante, a dû puiser dans ses fonds propres : "Les assurances, elles nous ont bien suivis, malheureusement à concurrence de 30%". C’est donc aussi la rentabilité de l’entreprise qui a permis cette reprise rapide, comme le précise le patron : "Il est bien entendu que si nous n’étions pas dans une situation favorable, ce serait extrêmement compliqué de se remettre d’un tel événement".

Avec du recul, René Depairon se félicite de ne pas avoir sombré dans le défaitisme : "Nous avons décidé, dès le jour même, de continuer. On ne fait pas une croix sur une société qui a quand même 125 ans d’existence."

Aujourd’hui, la société dispose de matériel flambant neuf et elle tourne de nouveau à plein régime.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous