RDC : la Chine demande à ses ressortissants d'évacuer trois provinces de l'Est du pays

Des soldats congolais montent la garde devant l'entrée du gouvernorat alors que le nouveau gouverneur militaire arrive pour prendre ses fonctions à Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, le 10 mai

© AFP

01 déc. 2021 à 23:12Temps de lecture1 min
Par Belga

L'ambassade de Chine en République démocratique du Congo (RDC) a exhorté mercredi ses ressortissants à évacuer trois provinces de l'Est du pays, l'Ituri, le Nord Kivu et le Sud Kivu, en raison des violences qui ont touché plusieurs Chinois installés dans cette région riche en minerais, indiquent plusieurs sources dont Radio France internationale (RFI) et l'agence de presse américaine AP News.


►►► À lire aussi : Est de la RDC : les autorités suspendent les activités des chercheurs d’or chinois


Les ressortissants chinois présents dans ces zones à risques sont invités par l'ambassade à se signaler et à fournir leurs coordonnées personnelles avant le 10 décembre, rapporte RFI.

"Ceux qui refusent de communiquer leurs informations et insistent pour se rendre ou rester dans ces trois provinces seront tenus personnellement responsables des conséquences", précise le quotidien chinois Global Times, citant le communiqué de l'ambassade.

Plusieurs attaques recensées

En RDC, plusieurs attaques contre des Chinois dans des sites miniers ont été rapportées récemment. Dans le territoire de Fizi, dans la province du Sud-Kivu, cinq Chinois travaillant dans une mine d'or ont été, par exemple, kidnappés le dimanche 19 novembre par des hommes armés non identifiés.


►►► À lire aussi : RDC : le président Tshisekedi remet en cause le vaste contrat signé avec la Chine


Plus récemment, deux ressortissants chinois ont été tués le 25 novembre dans une attaque menée par des miliciens du groupe armé Codeco (Coopérative pour le développement du Congo).

Depuis mai, l'Ituri et la province voisine du Nord-Kivu sont sous état de siège, mesure exceptionnelle destinée à lutter contre les groupes armés. Les autorités civiles y ont été remplacées par des officiers de l'armée et de la police. Cependant, massacres et enlèvements de civils se poursuivent. En Ituri, la dernière tuerie d'envergure remonte à lundi avec un bilan d'au moins 29 morts.

Sur le même sujet

RDC : "des dizaines de tués" dans des attaques contre des villages et des déplacés en Ituri

RDC : au moins 5 tués et 8 blessés dans une attaque dans le Sud-Kivu

Articles recommandés pour vous