RTBFPasser au contenu
Rechercher

RDC : manifestation à la suite d'une mort et d'édifices publics saccagés dans le sud-est

Depuis le 9 juillet, sept militants de l'UDPS ont été tués
03 août 2020 à 19:11Temps de lecture1 min
Par Belga

Un homme a été tué et des édifices publics saccagés ce lundi lors d'une manifestation des partisans du président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui protestaient contre la criminalité dans le sud-est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris de sources concordantes.

Les membres de l'Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS, parti présidentiel) ont manifesté dans la ville de Kasumbalesa pour protester contre la mort d'un des leurs, tué dans la nuit de dimanche à lundi par des inconnus, selon des témoins interrogés par l'AFP.

Si on tue, la réaction est spontanée

Un passant a été atteint d'une balle et a succombé ensuite à ses blessures à l'hôpital, selon le maire de cette ville-frontalière avec la Zambie, André Kapampa Kamwanya.

Les militants de l'UDPS ont saccagé deux commissariats de police, un tribunal, ainsi que des biens de particuliers, selon Kapampa.

La personne tuée "est président du 'Parlement-débout' de Kasumbalesa", une structure informelle de l'UDPS, a déclaré le président du parti dans le Haut-Katanga, Bruno Tshibangu, ajoutant que "si on tue, la réaction est spontanée".

A Kasumbalesa, comme dans d'autres villes du Haut-Katanga, des cas de criminalité sont régulièrement rapportés.

Depuis le 9 juillet, sept militants de l'UDPS y ont été tués, a affirmé Tshibangu, accusant les autorités provinciales de laxisme dans leur mission "de sécuriser les personnes et leurs biens".

Kasumbalesa est une ville frontalière avec la Zambie, dans le bassin minier du sud-est du pays, et le point de passage du trafic intense des camions qui exportent les minerais congolais (cuivre et cobalt) vers les ports de Tanzanie et d'Afrique du Sud.

 

Articles recommandés pour vous