Monde Afrique

RDC – Rwanda : tensions au plus haut entre Tshisekedi et Kagame

Félix Tshisekedi et Paul Kagame à Goma, le 10 août 2021.

© Glody Murhabazi

31 mai 2022 à 16:38Temps de lecture3 min
Par Glody Murhabazi

Les relations diplomatiques et/ou amicales entre la République Démocratique du Congo et celle du Rwanda, qui étaient pourtant bonnes depuis l’investiture du président congolais Félix Tshisekedi, sont à présent sous tension.

En 2019, le chef d’Etat Congolais s’est rendu disponible pour détendre les relations avec son homologue rwandais Paul Kagame en signant notamment des accords de coopération bilatérale mais aujourd’hui, elles se détériorent avec la résurgence du mouvement M23 dans l’est et l’intensification des combats avec l’armée congolaise le 19 mai dernier.

"Avant de fuir, j’ai vu les visages de ceux qui ont attaqué le village. Ils portaient des tenues que je n’ai jamais vues et parlaient en Kinyarwanda", témoigne Archange Muhoza à la RTBF.

Cette mère de 8 enfants fait partie de plus de 70.000 autres civils qui ont fui leurs villages de Kibumba le mardi 24 mai dernier et trouvé refuge à Munigi, à 8 kilomètres de Goma.

Pour la RDC, c’est clair, le Rwanda soutient les rebelles du M23 en armement.

La capture de deux militaires rwandais samedi 28 mai sur le sol congolais a renforcé l’hypothèse du soutien de Kigali aux rebelles du M23 et les FARDC, alors qu’à la veille le Conseil supérieur de la Défense du Congo a mis en garde le Rwanda et interdit aux avions de la compagnie RwandAir de se poser sur le sol congolais.

"La RDC est effectivement agressée par le Rwanda", reconnaît l’armée loyaliste congolaise.

L’UA tente d’éteindre le feu

Maintenant que la République Démocratique du Congo a publiquement déclaré qu’elle est agressée par le Rwanda, Tshisekedi est-il prêt à pardonner à son homologue Kagame ?

Après des années d’amitié dans l’hypocrisie, d’après les congolais, c’est cette question qui court les rues dans toutes les villes du Congo. La semaine dernière, le président de l’Union africaine et chef d’Etat du Sénégal ont exhorté Kinshasa et Kigali, à dialoguer pour une résolution pacifique de la crise.

"Je remercie les présidents Tshisekedi et Kagame pour nos entretiens téléphoniques d’hier et aujourd’hui dans la quête d’une solution pacifique du différend entre le RDC et le Rwanda", a écrit le président Macky Sall sur Twitter le lundi 30 mai. Sauf que les congolais ne sont pas de cet avis : "il y a des millions de morts dans l’Est de notre pays depuis plus de vingt ans. On naît dans la guerre et on y grandit, maintenant on connaît l’identité de l’ennemi, il n’est pas question de dialoguer", a tonné Omari Le Brave, étudiant congolais en sciences politiques interrogé ce 31 mai par la RTBF.

Le gouvernement Congolais est lui aussi contre toute négociation avec le M23, mais son parrain le Rwanda, la possibilité n’est pas écartée. "À quoi ça va servir de discuter avec un groupe terroriste qui doit être traité comme tel ? Le M23 a été défait depuis des années, mais comment ils arrivent à se réarmer pour avoir du matériel sophistiqué et aller jusqu’à faire écraser un hélicoptère de la MONUSCO", a dit Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement congolais dans une conférence de presse tenue lundi à Kinshasa.

L’armée congolaise prête à en découdre

Plébiscitées il y a trois ans en tant que huitième meilleure armée en Afrique, les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) se disent déterminées à repousser les rebelles du M23, qui sont "porteurs de l’agenda du gouvernement rwandais vis-à-vis du Congo".

Le chef d’état-major de l’armée, le Général d’armées Célestin Mbala, a mobilisé ses troupes samedi à Goma : "Ne laissons personne occuper un seul millimètre de notre territoire national, défendons notre peuple, nos mamans, nos enfants… qui sont victimes de cette guerre".

Ce mardi, l’ambassadeur rwandais accrédité en RDC est convoqué par Kinshasa et pendant ce temps, des manifestations se multiplient dans la capitale pour exiger l’expulsion du diplomate rwandais et la rupture des relations diplomatiques avec Kigali.

De son côté, le Rwanda ne cesse de rejeter toutes les accusations portées contre lui par les autorités congolaises. Les deux peuples attendent avec impatience l’issue de cette crise, sachant que les échanges commerciaux transfrontaliers sont très fréquents entre eux.

Plus de vingt années des conflits qui commencent dans les années 90, juste après le génocide rwandais en 1994. La République démocratique du Congo avait alors accordé son hospitalité à des milliers de réfugiés du Rwanda, mais la plupart se sont constitués en milices dans plusieurs territoires de l’Est de la RDC, une région riche en minerais, une richesse de plus en plus convoitée par le Rwanda de Paul Kagame. Désarmé en 2013, après un accord avec Kinshasa, le M23 reprend les armes en 2022, car, justifie-t-il, la RDC n’a pas respecté ses engagements de paix.

Recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous