RTBFPasser au contenu
Rechercher

RDC : seize morts dans de nouvelles violences armées à Beni

Des militaires Congolais regroupés à Goma, après une opération de bouclage.
09 janv. 2022 à 17:20Temps de lecture2 min
Par Glody Murhabazi

De nouvelles violences armées ont été signalées pendant la nuit de samedi à ce dimanche dans plusieurs localités de la chefferie de Bashu, dans le territoire de Beni, situé au Nord-Kivu dans l’Est de la République démocratique du Congo.

Au total seize personnes sont mortes, d’après un bilan provisoire. Parmi ces morts, l’on compte onze assaillants tués dans deux localités différentes par deux bataillons des Forces Armées de la RDC. Un militaire Congolais est tombé et quatre civils, renseignent des sources locales à la RTBF.

"Les FARDC ont neutralisé 6 combattants Maï-Maï à Vuhovi. C’était au cours d’un affrontement entre les éléments du 313e bataillon commando contre les rebelles. Les FARDC ont aussi lancé un assaut contre une position Maï-Maï dans la localité de Kururuma, les soldats du 312e bataillon ont mené cette opération et 5 combattants ont été neutralisés ", explique le capitaine Antony Mualushayi, porte-parole de l’armée dans la région de Beni.

Au cours de quatre dernières semaines, ces rebelles, essentiellement locaux, ont perpétré des attaques contre les civils pour des motifs qui n’étaient pas encore élucidés, mais l’armée y voit un peu plus clair aujourd’hui et parle des conflits du pouvoir coutumier.

"D’après les affirmations livrées par les Maï-Maï capturés, plusieurs groupes armés ont été créés avec deux objectifs : le règlement des comptes suite aux multiples conflits coutumiers et renforcer les rangs des terroristes ADF ", ajoute le porte-parole de l’armée.


►►► À lire aussi : RDC : nouveau report, à juin, de la restitution par la Belgique d’une "relique" de Lumumba


Outre les quatre civils tués, d’autres ont été enlevés et des maisons incendiées, fait savoir le député provincial Saidi Balikwisha, élu de Beni.

"J’en appelle à la conscience de tout un chacun"

"Il y a des militaires qui sont cantonnés sur place pour attaquer les rebelles et récupérer leurs bastions, mais actuellement avec l’activisme des Maï-Maï sur les collines et grandes agglomérations, on est obligé de mener des opérations dans ces grandes agglomérations. Ainsi, j’en appelle à la conscience de tout un chacun, afin de prioriser l’intérêt supérieur qui est le rétablissement de la paix ", argumente ce député qui dit ne pas être au courant d’un quelconque conflit coutumier.

Cela fait maintenant huit mois que les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri ont été placées sous état de siège pour mettre un terme à l’activisme des groupes armés locaux et étrangers. En plein état de siège, l’armée ougandaise a été invitée au Congo pour appuyer les Forces Armées de la RDC, en plus des casques bleus des Nations-Unies qui sont déployés dans la région depuis environ un quart de siècle.

En dépit de l’important dispositif sécuritaire déployé ces dernières années à Beni, l’on dénombre des milliers de civils tués chaque année. Les promesses du président Tshisekedi de mettre un terme à l’insécurité attendent d’être concrétisées.

Sur le même sujet

RDC : "Au moins 40 civils tués par armes blanches" dans l'attaque d'un site de déplacés en Ituri

Monde Afrique

RDC : la démission inattendue de Jean-Marc Kabund à l’Assemblée nationale divise les Tshisekedistes

Articles recommandés pour vous