Re-Cycle : Pochettes Illustres et leurs Célèbres Figurants Anonymes

© Tous droits réservés

27 nov. 2021 à 07:45Temps de lecture2 min
Par Frederic Vandecasserie

Cela ne vous est jamais arrivé de vous demander qui étaient les anonymes sur des pochettes de disques devenus mythiques ? J’ai cherché et j’ai trouvé qui étaient certains de ces célèbres figurants !

On va commencer par Placebo et l’histoire triste du gamin grimaçant dans un sweat rouge trop grand sur la pochette du premier album du groupe. En fait, il faut savoir que David Fox, c’est son nom, qui avait 12 ans à l’époque du cliché, était vraiment triste. Et pour cause. Puisque la photo a été prise par son cousin le jour où son frère est mort. A la base, ces photos devaient rester dans un cadre purement familial, mais l’une d’elles a fuité et Fox n’en a jamais autorisé son utilisation. Ce qui vaudra d’ailleurs à Placebo un procès dont on ne sait pas très bien sur quoi il a débouché.

Et puis, toujours à propos d’enfant, les deux albums de U2, ''Boy'' et ''War'', montrent la photo d’un petit enfant, qui avait 5 et puis 8 ans lors de la sortie des disques. Il s’agit de Peter Rowen, le petit frère de l’un des meilleurs amis de Bono, ami qui deviendra, un peu plus tard, membre du groupe les Virgin Prunes. Pour l’anecdote, pour sa première photo de pochette, le gamin recevra quelques barres chocolatées et pour la seconde, il recevra quelques livres Sterling. Pas plus que ça...

On vous dit tout sur ''War''

Enfant toujours avec Fatboy Slim et la pochette du disque ''You’ve Come a Long Way Baby'' avec la photo d’un jeune ado obèse affublé de lunettes solaires et d’un t-shirt informe sur lequel est écrit ''Je suis numéro 1 alors pourquoi faire plus d’efforts''. On ne sait pas grand-chose de ce gamin. On connait juste son nom. Il s’agit de Mark Johnson et la photo a été prise lors du Festival des Gros qui se tenait à Danville en Virginie. Fatboy Slim a bien essayé de retrouver le gaillard, mais son nom, relativement passe-partout, n’aide pas. Puisqu’il y a plus de 10.000 Mark Johnson qui vivent actuellement aux Etats-Unis !

A l’inverse de la pyramide des âges, on se penche maintenant sur la pochette de l’album ''Standing on a Beach'' de The Cure où apparait la photo en noir et blanc d’un vieil homme au vidage pour le moins buriné. Il s’agit de John Button, un pêcheur anglais à la retraite, qui aurait accepté de figurer gratuitement sur la pochette et dans le clip du titre ''Killing An Arab'' tourné dans la foulée. Il voulait juste aider ce groupe sympa mais qu’il ne connaissait pas. Et il est mort quelques années plus tard dans le plus complet anonymat.

Le vieil homme et le clip de ''Killing an Arab''

Et dans un registre plus joyeux plus joyeux, on a la pochette du premier album des Arctic Monkeys avec un jeune adulte visiblement bien fait, et qui apparait la clope au bec. Il s’agit de ChrisMcLure, le frère de Jon, du groupe Reverend & the Makers. C’est un ami du groupe, en fait. Et la photo a été prise un soir de beuverie avec le groupe. A l’époque, personne n’avait pensé à mettre cette photo sur une pochette. C’est venu plus tard, et cela n’a jamais gêné personne par la suite. Ni McLure ni les Arctic Monkeys.

Et on termine dans la pure poésie avec le troisième album de Blink 182, qui montre une jeune femme aussi aguicheuse que vulgaire, qui enfile un gant en caoutchouc à propos de l’utilisation duquel le titre du disque ne laisse planer aucun doute. Puisqu’il s’appelle ''Enema of the State'' et qu’en anglais 'enema' signifie lavement. La fille en question est Janine Lindemulder star du x américain, mais depuis longtemps retraitée de la bagatelle.

 

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous