Regions

Réaménagement du plateau du Heysel : les solutions de mobilité ne satisfont pas la plate-forme pour une économie durable

© – Unibail

Les solutions proposées par la Région bruxelloise en matière de mobilité dans le cadre du projet Néo de réaménagement du plateau du Heysel sont insatisfaisantes, estime la plate-forme pour le développement économique durable.

Le gouvernement bruxellois tente pour la troisième fois de modifier le PRAS (Plan Régional d’Affectation du Sol), après des recours gagnants contre les versions précédentes introduits par des composantes de ladite plateforme.

Objectif du gouvernement bruxellois : créer un cadre légal pour le projet de centre commercial de 72.000 m² au Heysel. Le dossier sera bientôt soumis à l’enquête publique.

Sans attendre celle-ci, la plateforme interrégionale pour une économie durable, composée d’Inter-Environnement Bruxelles, du BBL, du Bral, de l’ACV-CSC Bxl et Hal-Vilvoorde, de Beweging, l’Unizo et l’UCM ainsi que deux comités de quartier ont examiné les solutions de mobilité proposées. Ils les jugent insatisfaisantes.

"Pas de solution durable et respectueuse du cadre de vie"

Selon elle, il n’existe pas de solution durable et respectueuse du cadre de vie des habitants dans ce dossier.

La première option, celle d’une voie de liaison entre le parking C et l’avenue Impératrice Charlotte en passant sous la chaussée Romaine engendrerait une hausse du trafic à hauteur de 1.700 véhicules par heure.

Le scénario 2 vise à connecter l’A12 à l’avenue de Madrid puis à créer une boucle de circulation avenue de Madrid, Esplanade-Miramar, boulevard du Centenaire et avenue de l’Atomium le long du parc. Selon la précédente étude d’impact, jusqu’à 3.600 voitures par heure longeraient le parc et l’Atomium dans ce scénario, souligne la plateforme.

La troisième piste mise sur l’élargissement, de l’infrastructure routière existante. C’est le scénario qui entraînerait les plus grands reports de circulation sur l’avenue Houba de Strooper et avec le plus de nuisances pour les habitants des quartiers aux alentours.

Les différentes organisations demandent d’ouvrir un large débat démocratique sur l’avenir du site du Heysel.

"Aujourd’hui, la Région met tout en œuvre pour répondre aux exigences des promoteurs. Peu importe que cela implique de faire rouler chaque heure des milliers d’automobiles supplémentaires le long de l’Atomium et à travers le parc de Laeken, ou bien, dans le scénario le moins hallucinant, devant les Palais des expositions… Le projet entraînera, dans tous les cas, plus de 4.500 mouvements de voitures par heure aux heures de pointe", a déploré la plateforme, par voie de communiqué.

 

Sur le même sujet

Réaménagement du plateau du Heysel: le Conseil d'Etat casse le refus de permis pour la voie de liaison du centre commercial

Un projet de palais des congrès Neo 3 au Heysel pour sauver Brussels Expo ?

Regions Bruxelles

Articles recommandés pour vous