Monde

Rébellion du M23 en RDC : 17 civils tués mardi, plus de 800 enfants séparés de leur famille

Un soldat de l'armée congolaise patrouille après des heurs avec les rebelles du M23, le 3 avril 2022.

© AFP or licensors

23 juin 2022 à 20:21Temps de lecture2 min
Par Belga édité par D. V. Ossel

Plus de 800 enfants ont été séparés de leur famille parce qu'ils fuyaient les combats dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a indiqué jeudi le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Depuis fin mars, des affrontements armés entre les troupes gouvernementales et la milice rebelle M23 font rage dans le district de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu. Le gouvernement congolais accuse le Rwanda voisin de soutenir les rebelles.

Depuis le début des combats, environ 1000 familles du Kivu ont fui, et environ 4000 autres ont trouvé refuge en Ouganda voisin. Mais tous les membres de ces familles n'ont pas atteint leur destination ensemble, a précisé le CICR. 

"Les combats ont semé la panique. Les membres des familles ont perdu le contact les uns avec les autres au cours de leur fuite", a expliqué la responsable du programme de réunification familiale du CICR en RDC, Pamela Ongoma.

Jusqu'à présent, 716 enfants non accompagnés ont été enregistrés en Ouganda et 155 ont été réunis avec des membres de leur famille dans un centre d'accueil. Les services téléphoniques gratuits ont aidé à la recherche de parents disparus. En RDC, de nombreux enfants non accompagnés ont été identifiés jusqu'à présent, mais 54 sont toujours portés disparus.

17 civils tués mardi par les rebelles

Selon la radio onusienne Okapi, citant des sources locales, dix-sept civils ont été tués mardi par les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) dans plusieurs localités du territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu (est de la République démocratique du Congo), a rapporté jeudi la radio onusienne Okapi, citant des sources locales.

Ces localités ont été le théâtre de violents affrontements violents mardi durant toute la journée entre les Forces armées de RDC (FARDC) et les rebelles du M23, avant de passer sous le contrôle de ce groupe armé.

Selon les témoignages cités par Radio Okapi, parrainée par l'ONU, ces civils ont été inhumés mercredi sous la supervision des rebelles.  

Les combats ont entraîné la fuite des habitants d'au moins huit autres villages de la zone.

Le M23 contrôle toute une zone de cette région du Nord-Kivu, une province en proie à des violences commises depuis près de trente ans par des groupes armés et étrangers. Depuis lundi, le M23 occupe la cité de Bunagana, un important centre commercial situé à la frontière avec l'Ouganda.

Rébellion à dominante tutsi vaincue en 2013 par les FARDC avec l'aide des Casques bleus de la mission onusienne, la Monusco, le M23 a repris les armes fin 2021, en reprochant aux autorités congolaises de ne pas avoir respecté un accord pour la démobilisation et la réinsertion de ses combattants.

Sur le même sujet :

JT du 09/06/2022

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous