Economie

Record des prix de l'énergie : le pétrole passe la barre des 110 dollars le baril

© Getty Images

02 mars 2022 à 21:56Temps de lecture2 min
Par Estelle De Houck

La guerre en Ukraine et les craintes pour l'approvisionnement en matières premières, venant de Russie notamment, ont propulsé les cours du pétrole au plus haut depuis plus d'une décennie mercredi.

Le gaz naturel et l'aluminium ont atteint, eux, de nouveaux records historiques.

Une décision de l'Opep+

La flambée des cours de l'or noir est repartie de plus belle après la décision des pays exportateurs de l'Opep+, menés par l'Arabie saoudite et la Russie, de ne pas augmenter plus que prévu leur production, malgré l'ascension des cours, qui attise une inflation galopante dans de nombreux pays.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en avril, a grimpé de 6,95% à 110,60 dollars, un sommet depuis avril 2011.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a fait un bond de 7,58% à 112,93 dollars atteignant un plus haut depuis 2014.

Le gaz naturel était lui aussi entraîné à la hausse, le TTF néerlandais s'envolant de 36,05% à 165,54 euros le mégawhattheure (MWh), après avoir touché 194,715 euros, un sommet historique.

La décision de l'Opep n'a pas apaisé l'envol des prix causé par les sanctions sur la Russie "parce que la demande de pétrole croit rapidement et l'Opep n'est déjà pas en mesure d'atteindre ses propres quotas de production dans plusieurs pays", remarque Tamas Varga, de PVM.

Invasion de l'Ukraine

L'invasion de l'Ukraine par la Russie de Vladimir Poutine a conduit l'Union européenne et les Etats-Unis en tête à imposer de fortes sanctions à Moscou, alimentant les craintes de voir les exportations russes d'énergie interrompues.

Le cabinet Energy Aspects a explique sur Twitter que la plupart des "majors pétrolières européennes ne touchent pas le pétrole russe et seulement quelques raffineurs et courtiers européens", par crainte d'être rattrapés par les sanctions.

La guerre en Ukraine entraîne une forte réduction des exportations énergétiques de la Russie, même si celles-ci sont exemptées de sanctions

La Russie est le deuxième exportateur de pétrole brut au monde et représente plus de 40% des importations annuelles de gaz naturel de l'Union européenne.

"La guerre en Ukraine entraîne une forte réduction des exportations énergétiques de la Russie, même si celles-ci sont exemptées de sanctions" pour le moment, renchérit Bjarne Schieldrop, analyste de Seb. 

La tonne d'aluminium a atteint mercredi 3.597 dollars sur le marché londonien des métaux de base (London Metal Exchange, LME), un nouveau sommet historique, quand le nickel a battu un nouveau record depuis 2011 à 26.505 dollars la tonne.

En 2021, la Russie était le troisième producteur d'aluminium au monde.

Sur le même sujet

Prix record de l'énergie, et sortie du nucléaire : les Verts veulent un grand accord et sont prêts à des concessions

Belgique

Guerre en Ukraine: les prix du pétrole atteignent leur plus haut niveau depuis 2008

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous