Monde Europe

Réforme des retraites en France : trois personnes seront jugées pour outrage après la visite d'Emmanuel Macron en Alsace

French President Emmanuel Macron (C) gestures as he meets people during a visit in Selestat, eastern France, on April 19, 2023. Macron, whose reforms including an increase to the pension age have earned him widespread animosity in recent weeks, makes a vi

© Belga

Par AFP, édité par Anthony Roberfroid

Trois personnes seront jugées en septembre pour avoir fait des doigts d'honneur et proféré des insultes envers Emmanuel Macron lors de la visite du président français à Sélestat, en Alsace, a confirmé samedi à l'AFP la procureure de Colmar.

Ces trois manifestants sans antécédents judiciaires, deux hommes et une femme, comparaîtront sur reconnaissance préalable de culpabilité pour outrage à personne dépositaire de l'autorité publique, a indiqué la procureure, Catherine Sorita-Minard, confirmant en les précisant des informations du journal L'Alsace.

Une quatrième personne avait été interpellée et placée en garde à vue mais son dossier a fait l'objet d'un classement sans suite car l'infraction était insuffisamment caractérisée.

La procureure de Colmar a, par ailleurs, été saisie de deux plaintes concernant la coupure volontaire d'électricité survenue lors de la visite du chef de l'Etat mercredi dans la commune voisine de Muttersholtz.

L'Etat a porté plainte pour cette coupure qui a affecté deux communes. Cette coupure de courant était survenue lors de la visite du chef de l'Etat à l'entreprise Mathis.

L'usine spécialisée dans la construction en bois s'était retrouvée privée de courant sans pour autant plonger les lieux dans le noir. Cette action a été revendiquée par le syndicat CGT et une enquête est en cours.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma... Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous