Tendances Première

Réforme des rythmes scolaires : oui, mais à condition que l’extrascolaire suive !

Tendances Première : Les Tribus

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’extrascolaire, c’est l’accueil à l’école, les camps et stages de vacances, les mouvements de jeunesse, l’école des devoirs, toute une constellation qui tourne autour de l’Accueil Temps Libre ou ATL. Ce secteur très dynamique est en train de se réinventer, suite à tous les changements liés à l’école. Analyse avec Yves Marie Vilain, journaliste au Ligueur, qui publie le dossier 'L’extra-scolaire, 3e lieu de vie des enfants'.

Tous ces accueillants et accueillantes sont des personnages essentiels de la vie scolaire et extrascolaire des enfants. Sans eux, de nombreux parents seraient vraiment dans l’embarras. Ce secteur est en pleine réorganisation, suite aussi à la crise économique que nous connaissons.

L’accueil essentiel à l’école

A l’école, ces accueillants, dès 7h30, encadrent l’accueil du matin, puis du temps de midi à la cantine, et enfin de l’accueil du soir : les journées de travail sont souvent longues et entrecoupées.

Ils proposent aux enfants un temps dénué de performances, où l’enfant peut, plus qu’ailleurs, souffler, se reposer. Pendant la période Covid, ils ont fait partie des oubliés de la crise, alors qu’ils ont assuré le maintien de l’école.

"Il y a quelque chose d’un peu injuste dans la façon dont on les considère, parce que les enfants leur sont très attachés, et tout ce personnel est généralement très attaché aux enfants." Lors des réunions d’école, on ne pense pourtant jamais à parler avec ces personnes qui passent tant de temps avec nos enfants et qui les voient grandir. Ni à les remercier alors qu’ils font un travail fantastique dans des conditions très difficiles, avec souvent des subventions très minimes.

Il y a une grosse disparité entre le réseau libre et le réseau communal, observe Yves Marie Vilain. Dans certaines écoles du réseau libre, l’accueil temps libre se résume à un couloir dans l’école et une cour de récré. A l’inverse, certaines écoles organisent des ateliers, une bibliothèque…

Comment faire pour améliorer les choses ? "Peut-être que les parents qui n’ont pas d’association de l’école, peuvent déjà en créer une, puis monter des projets ensemble, des ateliers bricolage, lecture ou musique, sans devoir nécessairement occuper l’enfant mais au moins pour lui offrir ces possibilités. C’est normalement dans les tuyaux du Pacte d’excellence."

© SolStock – Getty Images

Les stages en perte de fréquentation

L’offre de stages est multiple : scouts, mouvements de jeunesse, stages de sport ou autres activités de vacances… Pour faire partie de la constellation Accueil Temps Libre ou ATL, il est nécessaire de bénéficier de l’agrément ONE.

Il semble qu’avec le coût de la vie qui augmente, les offres les plus onéreuses connaissent une pénurie, de l’ordre de 15 à 20% de fréquentation en moins, constate Yves Marie Vilain. C’était déjà le cas pour les vacances de Pâques.

Les plaines de vacances, très abordables financièrement, ne semblent pas connaître de chutes de fréquentation, tandis que les stages plus spécifiques baissent.

L’extrascolaire pourra-t-il suivre ?

La réforme des rythmes scolaires demande une énorme réorganisation de l’extrascolaire.

"Peut-être que ça ne va pas suivre au niveau du recrutement de toutes les personnes qui doivent encadrer, alerte Yves Marie VilainParce qu’on compte beaucoup sur les étudiants, mais ça veut dire qu’il faut que le supérieur s’aligne aussi. Il y a des personnes qui refusent, notamment du côté des mouvements de jeunesse, de professionnaliser les encadrants. Donc, il risque d’y avoir une véritable pénurie." Sans compter un gros problème de locaux. Tout cela risque de créer des embouteillages et donc des augmentations de prix.

Réforme des rythmes oui, mais à condition que l’extrascolaire suive, prévient la Fondation Roi Baudouin. On sait que le cabinet de Bénédicte Linard débloque une enveloppe d’1,5 millions pour pouvoir réorganiser les rythmes. Est-ce que cela sera suffisant ?

Une réflexion à amorcer rapidement

Les parents ont tout intérêt à se pencher sur la question sans tarder et à prévoir éventuellement des pistes alternatives : grands parents, famille, amis, … Une réflexion sur cette réorganisation peut aussi avoir lieu au sein de l’école, avec le personnel accueillant, les associations de parents et le PO de la commune.

"Et peut-être même s’impliquer entre parents, en fonction de ses congés, pour pouvoir offrir d’autres façons de faire", suggère Yves Marie Vilain. Comme cela s’est passé pendant le confinement, avec l’école du dehors dans les parcs et les bois, avec des activités à la fois scolaires et sportives.

"On peut réinventer le principe de vacances, c’est quelque chose d’assez enthousiasmant ! Et peut-être qu’on va enfin donner un vrai sens au terme communauté de parents !"


>> Pour aller plus loin :

Le dossier 'L’extra-scolaire, 3e lieu de vie des enfants', dans Le Ligueur de cette semaine.

Le site d’accueil ExtrasCool

La FILE (Fédération des Initiatives locales pour l’Enfance)

Le FRAJE (accueil pour jeunes enfants)


 

Sur le même sujet

En Pennsylvanie, une nouvelle école design casse la conception traditionnelle des établissements scolaires

Vie pratique

L’école en plein air, la solution à adopter pour une meilleure scolarité ? "Cela motive les enfants"

Tendances Première

Articles recommandés pour vous