Vuelta - Cyclisme

Remco Evenepoel à la Vuelta : les raisons d’être optimiste… ou pessimiste

Remco Evenepoel.

© Belga

Qu’attendre de la part de Remco Evenepoel sur la Vuelta 2022 ? La pression populaire et médiatique qui entoure le coureur de Quick-Step Alpha Vinyl est évidente. Toute la Belgique rêve de voir Evenepoel décrocher un premier Grand Tour. Les attentes sont-elles trop hautes ? Est-on trop exigeant avec un coureur de tout juste 22 ans ? Ou cet espoir de victoire finale est-il légitime ?

Les avis divergent mais les arguments pour être optimiste ou pessimiste en vue de cette Vuelta 2022 ne manquent pas.

La Vuelta, un 2e Grand Tour pour Remco mais un 1er vrai test

Remco Evenepoel avec le maillot blanc sur les épaules lors du Giro d’Italia 2021.
Remco Evenepoel avec le maillot blanc sur les épaules lors du Giro d’Italia 2021. © Tous droits réservés

S’il a toujours été présenté comme un futur vainqueur de Grand Tour, Remco Evenepoel n’a pas vraiment de référence sur une course à étapes de trois semaines alors qu’il termine sa 4e année chez les professionnels. C’est assurément un élément qui joue en sa défaveur face à des adversaires plus expérimentés et aguerris.

Le coureur de Schepdaal avait pourtant participé au Giro en 2021, abandonnant au matin de la 18e étape. Mais c’était il y a 15 mois déjà et dans des circonstances bien différentes.

Le protégé de Patrick Lefevere n’avait pas abordé ce Tour d’Italie de la meilleure manière. Tout juste remis de sa terrible chute au Tour de Lombardie en août 2020, Evenepoel avait connu une préparation hivernale complètement tronquée. Embêté par des pépins physiques, il avait choisi de débuter sa saison directement au Tour d’Italie, misant tout sur la préparation hors-course.

Performant lors de la première semaine (NDLR : 2e du général au bout de la 10e étape), il avait ensuite craqué au fil des jours pour accumuler un retard de près d’une demi-heure et finalement abandonner suite à une chute.

Préparation optimale et confiance au climax

De son attaque à sa victoire, revivez le final magnifique de Remco Evenepoel sur Liège-Bastogne-Liège

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

On comprend donc que l’expérience italienne ne puisse pas vraiment servir de point de repère pour Remco et son entourage.

Cette fois-ci, c’est différent. Plus "d’excuse" pour R.EV. Tout s’est passé comme prévu en cette année 2022. L’hiver est passé sans obstacle. Le printemps aussi, avec en prime la plus belle victoire de sa carrière à Liège-Bastogne-Liège.

L’approche du Tour d’Espagne a également été idéale. Evenepoel s’est préparé en altitude, à Livigno en Italie, pendant le mois de juillet. "La condition est très bonne, Remco est affûté", nous révélait son boss Patrick Lefevere à l’issue de ces deux semaines de préparation intensive.

Et de fait, le Brabançon a épaté les observateurs pour son retour à la compétition à la Clasica San Sebastian (30/07). Une course d’un jour sur les terres espagnoles qu’il a dominé outrageusement, ne laissant aucune chance à des adversaires prestigieux mais largués.

Une véritable démonstration qui pousse à l’optimisme en vue de cette Vuelta, qu’il a terminé de préparer par un deuxième stage en Espagne au début du mois d’août.

Clasica San Sebastian 2022 : Victoire de Remco Evenepoel

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Une dizaine de jours au top… et après ?

© Tous droits réservés

Rien ne dit pourtant qu’Evenepoel jouera la gagne sur la Vuelta. Cette saison Remco a donné le meilleur de lui-même sur les courses d’un jour.

Sur les courses d’une semaine, il n’a pas particulièrement brillé. A Tirreno-Adriatico (11e), au Tour du Pays Basque (4e) ou encore au Tour de Suisse (11e), il a à chaque fois dû s’avouer vaincu.

Etonnant quand on sait que le gamin à l’habitude de cartonner sur ce genre de rendez-vous. Depuis 2020 (sa seconde saison professionnelle), il a en effet remporté 8 des 12 courses à étapes qu’il a terminées. Un ratio excellent.

Evenepoel avait d’ailleurs confirmé cette bonne aptitude à accumuler les efforts en début de Giro 2021. A l’époque, il avait tenu bon jusqu’à la 10e étape où il occupait la 2e place du général à 11 secondes seulement d’Egan Bernal.

Carpe diem, le slogan de Quick-step pour cette Vuelta

Remco Evenepoel intraitable sur les routes de Liège-Bastogne-Liège.
Remco Evenepoel intraitable sur les routes de Liège-Bastogne-Liège. © Tous droits réservés

Faire une très bonne première partie de Vuelta, c’est en effet le premier objectif de l’équipe Quick-Step Alpha Vinyl.

"Mon objectif sera d’abord de ne pas perdre de temps dans les neuf premières étapes", déclarait un Evenepoel prudent à l’approche de ce Tour d’Espagne. "Je veux profiter des bons jours jusqu’au contre-la-montre (10e étape). Et après, on réévaluera nos buts pour la suite."

Pas de stress et vivre au jour le jour. C’est la philosophie adoptée par le Brabançon sur cette Vuelta où il est présent "avant tout pour prendre de l’expérience".

Va-t-on voir un Remco plus attentiste qu’à l’accoutumée ? C’est ce que semblent suggérer ses déclarations. Mais on connaît le garçon. C’est un animal de compétition. "Remco veut toujours gagner quand il se présente au départ", nous glissait Patrick Lefevere en souriant il y a quelques semaines.

Remco et son équipe peuvent-ils gérer s’il est en position favorable ?

Le contre-la-montre d’Alicante pourrait donner un sacré avantage à Evenepoel.
Le contre-la-montre d’Alicante pourrait donner un sacré avantage à Evenepoel. Belga

Les premières étapes sur le sol espagnol semblent dessinées pour exalter ses qualités. S’il aura une opportunité de faire mal à ses adversaires, il ne s’en privera certainement pas.

Et la suite du programme n’est pas pour déplaire au coureur de Schepdaal. Si tout se passe comme prévu la première semaine, le contre-la-montre complètement plat d’Alicante (31 kilomètres, 10e étape) devrait lui donner un sacré coup d’avance sur ses adversaires en vue de la deuxième partie de Tour d’Espagne.

Evenepoel et son équipe pourront ensuite entrer en mode gestion sur des ascensions plus longues mais moins pentues. En seront-ils capables ? Voilà une interrogation qui réveille les plus sceptiques.

Impulsif de nature, le Brabançon devra apprendre à ne pas sauter sur tout ce qui bouge, comme il a fait trop souvent en cette première partie de carrière.

"Je lis mieux les courses, je suis plus malin", assurait-il récemment.

S’il veut contrôler la course, il devra également compter sur une équipe solide autour de lui. Trop souvent, Evenepoel s’est retrouvé seul face à ses adversaires (NDLR : notamment au dernier Tour du Pays basque). Quick-Step pourra-t-elle inverser la tendance sur cette Vuelta. A Louis Vervaeke, Fausto Masnada et Ilan Van Wilder – ses anges gardiens dans la montagne – de le prouver.

Vous l’aurez compris, beaucoup d’interrogations entourent les performances de Remco Evenepoel sur cette Vuelta 2022. Ce qui est sûr c’est qu’au bout de ces trois semaines de course, beaucoup de ces questions auront trouvé une réponse.

Articles recommandés pour vous