Icône représentant un article video.

Regions

Renaix : imbroglio juridique autour du rythme scolaire de la seule école francophone dans cette commune flamande à facilités

Rentrée à Renaix dans la seule école francophone

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

01 sept. 2022 à 15:37 - mise à jour 01 sept. 2022 à 15:54Temps de lecture2 min
Par Thomas Dechamps

Situation confuse à l'école Ovide Decroly de Renaix : la section francophone de cet établissement situé dans une commune à facilités de la Région Flamande a fait sa rentrée ce lundi, en même temps que le reste de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Mais c'était sans compter l'intervention du ministre de l'enseignement flamand, Ben Weyts (N-VA), qui considère de son côté que le calendrier scolaire du Nord du Pays continue de s'appliquer à tous les élèves de la commune... Il menace à présent l'école de sanctions si elle ne rentre pas dans le rang flamand.

Contactée par nos soins, la directrice assure que si une erreur a été commise, l'école est prête à l'entendre et à faire les aménagements de calendrier nécessaires. Pour calmer les tensions, elle a d'ailleurs rencontré cette semaine tour à tour des représentants du ministère flamand et de Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) mais pour le moment chacun campe sur ses positions et demande à consulter ses juristes. Car la question est sans doute plus complexe qu'elle n'en a l'air : dans les communes à facilités, les écoles francophones sont bien dans le giron de la Fédération Wallonie-Bruxelles en matière pédagogique mais elles restent sur le papier soumises à la tutelle de la Communauté Flamande pour tout qui touche à leurs finances ou à leur organisation.

Un statut hybride qui a d'ailleurs l'art d'ulcérer les autorités flamandes : il y a dix ans, celles-ci avaient déjà essayé de soumettre par décret les écoles francophones sur leur sol aux services de l'inspection scolaire flamande. C'est alors la Cour constitutionnelle qui avait finalement retoqué la mesure. Ce nouvel imbroglio autour du calendrier scolaire illustre en tous les cas les tensions que continue de générer la question des facilités pour les francophones en Région flamande. 

Articles recommandés pour vous