RTBFPasser au contenu
Rechercher

Rentrée sous Omicron: une étude suisse montre un lien entre la ventilation et les contaminations dans les écoles

11 janv. 2022 à 16:01Temps de lecture2 min
Par X.L.

Ils sont inquiets. A l'image de François Schreuer (conseiller communal liégeois pour le mouvement citoyen VEGA), qui a carrément refusé que ces enfants effectuent leur rentrée dans ces conditions, de nombreux parents craignent que les conditions ne soient pas réunies pour que les enfants reviennent à l'école en toute sécurité. Ils mettent en avant la hausse des hospitalisations pédiatriques à l'étranger et en Belgique, le risque de contamination de personnes fragiles dans l'entourage des enfants, et les risques de séquelles et de Covid long.

C'est notamment le cas du collectif "Parents et enseignants solidaires face à la crise sanitaire Covid19", dont le groupe Facebook recense depuis plus d'un an les fermetures de classes et d'écoles à travers le pays. Beaucoup regrettent le report de la campagne de vaccination des 5-11 ans, qui a empêché les parents qui le souhaitaient de donner la meilleure protection possible à leurs enfants, demandent des tests et masques gratuits, et quasiment tous réclament des mesures plus fortes en ce qui concerne la ventilation (purificateurs d'air et mise en place des détecteurs de CO2 notamment).

 

Loading...

Mais cette mesure permettrait-elle vraiment de réduire les contaminations? Théoriquement, oui, c'était avancé par de nombreux experts. Une étude suisse vient désormais démontrer que c'est concrètement le casle service de la santé publique des Grisons a analysé la qualité de l'air dans 150 salles de classe des Grisons à l'aide de 300 capteurs de CO2, et a enregistré parallèlement le nombre de résultats positifs au test Covid-19 dans ces salles de classe. L'évaluation a montré que les élèves et le personnel enseignant étaient plus nombreux à contracter le coronavirus dans les salles de classe où l'air était de mauvaise qualité que dans celles qui étaient régulièrement aérées.

Petite réserve: la première évaluation disponible porte sur une période où le variant Omicron, plus contagieux, n'était pas encore majoritaire dans le pays. Mais selon l'EMPA, Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche, qui ne diffuse pas les chiffres précis des relevés, dans les salles de classe mal ventilées, le nombre de personnes infectées par le SRAS-CoV-2 était significativement plus élevé. "Le nombre d'infections pour 100 élèves, appelé prévalence, était en corrélation avec la concentration de CO2 mesurée dans les salles de classe. Dans les écoles à haut risque, elle dépassait souvent 3'000 ppm (parties par million) - une valeur très nettement supérieure à la teneur recommandée de 1'000 ppm au maximum."

EMPA

Le projet pilote montre également que la qualité de l'air est mauvaise dans de nombreuses salles de classe, souligne le communiqué du service de santé des Grisons.

En Belgique, la dernière circulaire de la ministre de l'Enseignement souligne l'importance de cette ventilation et du contrôle. Les écoles ont l’obligation d’utiliser des appareils de mesure du CO2 dans chaque classe ou local où se réunissent de nombreuses personnes." La Fédération a dégagé une première enveloppe budgétaire d’à peu près 3.000.000 d’euros pour soutenir les établissements d’enseignement dans l’achat de ce matériel, mais de nombreuses entreprises sont en rupture de stock.

Reportage du 6 janvier (JT)

Sur le même sujet

Nouveau "plan ventilation" contre les virus : les lieux publics (théâtres, Horeca, fitness, etc) auront un cadre légal à respecter

Politique

Tracing, tests, quarantaine dans l’enseignement et à la maison : toutes les précisions (infographies)

Belgique

Articles recommandés pour vous