RTBFPasser au contenu

Les Grenades

Repenser la manière dont on fait la fête avec le collectif Psst Mlle

Repenser la manière dont on fait la fête avec le collectif Psst Mlle
19 mai 2022 à 14:505 min
Par Sarah Duchene pour Les Grenades

La plateforme féministe et intersectionnelle Psst Mlle organise une soirée le 21 mai prochain, mais invite d’abord ses participant·es à en construire l’espace l’après-midi. Cet évènement fait partie d’une série, "Deconstructing the Dancefloor", qui vise à repenser la manière dont on fait la fête.

Depuis 2018, le collectif Psst Mlle œuvre à mettre en avant les artistes sexisé·es dans le monde musical et artistique en organisant au départ des évènements musicaux avec des programmations exclusivement féminines. Cette volonté est née suite à un constat de Souria Cheurfi, fondatrice de Psst Mlle, que peu d’actions sont mises en place pour que les personnes sexisées ou FINTA (female, intersexe, non-binaire, trans et agenre) se sentent bien dans les évènements.

Au fur et à mesure du temps, le collectif a évolué, en organisant des évènements pluridisciplinaires amenant à la réflexion, tels que des workshops ou des groupes de parole. Il compte maintenant sept membres : Daya Hallé, Andrea Istria, Mika Oki, Soumaya Phéline, Shaïne Mahaux, Catherine Danger et Souria Cheurfi.

© Alliage

"Deconstructing the Dancefloor"

Si Psst Mlle aime faire la fête, ce n’est donc pas sans y inclure leurs valeurs d’inclusivité et de sécurité. Le collectif organise donc cette année trois évènements issus d’une série qui s’intitule "Deconstructing the Dancefloor" : Rethink, Resist et Reunite. L’objectif est d’organiser des soirées tout en déconstruisant le schéma classique du milieu de la nuit.

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

Le 21 mai prochain aura lieu le premier épisode qui consiste à repenser l’espace physique. En plus de la soirée qui débutera à 19h, le collectif invite les personnes qui le souhaitent à les rejoindre dès 13h à l’Espace Triphasé pour réfléchir ensemble à la construction de l’espace. Ensemble, le collectif et les personnes présentes créeront la scénographie de la soirée. Le local sera vide, et au fil de la journée le workshop donnera naissance à une mise en place : où se trouvera le DJ, le bar, la "chill zone", etc. Après avoir créé cet espace, tout le monde pourra faire la fête dans cet environnement réalisé sur-mesure.

Pourquoi repenser la scénographie ?

La configuration de l’espace joue un rôle-clé dans la manière dont est vécue la fête, selon Souria Cheurfi. L’agencement de la plupart des boîtes de nuit est la même : le DJ se trouve tout au fond, la foule devant lui et le bar est généralement à l’opposé ou sur le côté. "Ça donne une mise en place très frontale. D’un côté le public, d’un côté l’artiste, tout est délimité", explique Daya Hallé, membre du collectif. Et cet espace impacte l’interaction et le mouvement du public. Si le collectif a déjà réfléchi à une scénographie différente dans de précédents évènements, l’idée était ici de construire cet espace avec les personnes qui allaient en profiter après, le mot d’ordre étant "partage" : il n’y aura pas de professeur, ce ne sera pas un atelier éducatif mais bien un atelier de création.

La sécurité fait aussi partie intégrante de la réflexion du collectif. C’est une problématique inhérente au monde de la nuit, qui a été mise sur le devant de la scène grâce au mouvement Balance Ton Bar apparu fin 2021. De nombreux témoignages d’agressions ou de harcèlement sexuels dans les bars et boîtes de nuit de Bruxelles ont été postés sur les réseaux sociaux, qui se sont ensuite étendus au reste de la Belgique.

La sécurité passe notamment par la capacité du lieu, à laquelle le collectif met un point d’honneur. "Un évènement à grosse capacité n’a pas de sens parce que c’est presque impossible à contrôler", soulève Souria Cheurfi. Les membres du collectif ont également suivi la formation du plan SACHA (Plan de lutte contre violences sexistes et sexuelles), qui vise à mieux traiter les cas de harcèlements dans les milieux festifs.

L’intégration d’une "chill zone" est également indispensable pour le collectif. Il s’agit d’un espace dans lequel les membres de la soirée peuvent s’éloigner de la foule et du bruit. Cet endroit est important pour que les gens se sentent en sécurité, et le workshop de samedi permettra de l’agencer au mieux pour que les personnes s’y sentent bien.

Au-delà de la création d’un environnement sécuritaire pour le public, le collectif Psst Mlle souhaite qu’il le soit aussi pour les artistes et leur demande systématiquement un feedback pour savoir comment elles se sont senties.

Les artistes

Trois artistes locaux ont été choisis pour accompagner la soirée du 21 mai : Lazza Gio, artiste non-binaire qui nourrit ses textes de ses histoires personnelles ouvrira le bal. Samar, Tunisienne qui vit à Bruxelles, poursuivra la soirée à partir de 20 heures avec une musique qui exprime sa double identité, teintée de sonorités nord-africaines. Enfin, DJ Abena, artiste ghanéenne basée en Belgique clôturera le show avec un DJ-set "énergique", qui mélange Afrobeat, dancehall et amapiano.

Loading...

Pour le collectif, mettre en avant des artistes belges est important parce qu’il y a une forte dévalorisation de la scène locale en Belgique. Et lorsqu’il y en a, elles sont souvent uniquement mises en avant lors d’une première partie, notamment parce que cela coûte moins cher. Et pourtant, il y a des talents !

Resist et Reunite

Les deux prochains évènements auront lieu le 17 septembre au Buda, et le 3 décembre au Beursschouwburg. Resist se concentrera sur l’activisme et la résistance. Des artistes aux messages et idées politiques forts seront invité·es. À nouveau, un workshop précèdera la soirée.

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici

Reunite, le dernier épisode qui clôturera la saison, permettra de réunir plusieurs collectifs qui partagent les valeurs de Psst Mlle. Ils auront carte blanche pour s’emparer de l’ensemble du lieu et organiser une programmation collective. "Ce dernier épisode sera fédérateur, parce qu’on aura déjà beaucoup appris des deux autres", explique la fondatrice Souria Cheurfi.


Informations pratiques

Samedi 21 mai 2022, de 13h à 19h pour le workshop, et de 19h à minuit pour la soirée, Boulevard Poincaré, 58b 1070 Anderlecht (Espace Triphasé)

Les tickets normaux sont à 5 euros. Les billets "de soutien" sont eux à 7 euros ou 10 euros (soutien supplémentaire). Les personnes précarisées qui souhaiteraient participer à l’évènement peuvent contacter psstmlle @ gmail.com

Inscription via psstmlle @ gmail.com ou en message privé sur leur page instagram.


Cet article a été écrit lors d'un stage au sein de la rédaction des Grenades.

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Articles recommandés pour vous