Belgique

Respirateurs Philips possiblement défectueux : les utilisateurs attendent, les actionnaires réclament dédommagement

© Philips

12 sept. 2022 à 12:51Temps de lecture3 min
Par Jean-François Noulet, avec Belga

Depuis l’été 2021, le fabricant Philips a été contraint d’engager à l’échelle internationale une campagne massive de rappel de plusieurs modèles défectueux de respirateurs utilisés notamment par des patients souffrant d’apnée du sommeil. Ces machines sont utilisées en hôpitaux, par des professionnels, mais aussi, selon les modèles, par des particuliers.

C’est la mousse insonorisante utilisée dans ces appareils qui pourrait représenter un risque. Philips a en effet remarqué que des particules sortaient de certains appareils et pouvaient être inhalées ou ingérées par le patient. Des irritations peuvent alors apparaître, tout comme des maux de tête. Un risque de cancers à long terme est aussi évoqué.

Dans le monde, un million et demi de personnes utilisent l’un des appareils concernés.

Des dysfonctionnements connus depuis 2015, selon les autorités américaines

Des documents de la FDA, la Food and Drug Administration, l’administration américaine en charge, notamment, des médicaments, montrent que les premiers incidents avaient été signalés dès 2015, soit bien avant que les dysfonctionnements ne soient officiellement communiqués par Philips en 2021.

Les actionnaires néerlandais réclament un dédommagement

En bourse, l’action du groupe Philips a fortement baissé depuis un an. En juin 2021, elle tournait encore autour des 43 euros. Le deux septembre dernier, l’action Philips se négociait à 16,60 € sur Euronext.

Cela provoque la colère des actionnaires. Aux Pays-Bas, l’association de défense des actionnaires, VEB, Vereniging van Effectenbezitters, reproche à Philips d’avoir dissimulé pendant des années des informations sur ces respirateurs. La VEB vient de réclamer, ce week-end, des dédommagements à Philips et estime à 16 milliards d’euros le préjudice subi par les actionnaires. Philips est ainsi menacé d’une action en justice et n’a pas encore réagi à la menace de l’association VEB.

Philips sous pression en France aussi

En France, le nombre d’utilisateurs de respirateurs Philips incriminés avoisine les 350.000. Le parquet de Paris a ouvert une enquête en juin dernier après que l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) ait reçu près de 3000 signalements d’effets indésirables entraînés par des respirateurs Philips défectueux, comme l’a révélé FranceInfo, jeudi dernier. L’enquête du parquet de Paris porte sur une "mise en danger d’autrui", une "tromperie aggravée" et une "administration de substances nuisibles".

En France, 1400 victimes se sont déjà rassemblées et sont représentées par un avocat qui a choisi de lancer une action collective en justice.

En France, comme dans d’autres pays, Philips s’est engagé à remplacer ou réparer les appareils défectueux. Selon l’Agence française du médicament, au 30 juin 2022, environ un tiers des machines concernées avait été remplacé dans l’Hexagone, alors qu’initialement, Philips prévoyait la fin de son plan de remplacement en septembre 2022. Désormais, une décision de police sanitaire oblige Philips à boucler le remplacement de toutes les machines concernées ou leur réparation pour décembre 2022.

Et en Belgique ?

En Belgique, nous avons contacté l’AFMPS, l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé. L’AFMPS explique que le remplacement ou la réparation des appareils à l’initiative du fabricant Philips (et selon la réglementation en vigueur au sein de l’UE) suit son cours en Belgique. "Le taux de remplacement est similaire dans tous les pays de l’UE et se fait au prorata du nombre d’appareils enregistrés par pays auprès de Philips", explique l’AFMPS.

L’AFMPS ajoute qu’en Belgique ainsi que dans chaque pays de l’UE, une analyse de la situation a été effectuée et que des réponses ont été fournies par le fabricant. L’AFMPS fait ainsi référence à la mise à jour qu’elle a publiée le 31 mai dernier. Le fabricant "a conclu dans tous les cas (hormis en France) au maintien des mesures du fabricant en l’état et à une non nécessité de prise de mesures supplémentaires. Cette conclusion est monitorée régulièrement sur base des nouveaux éléments reçus et, le cas échéant, pourrait déboucher sur des mesures spécifiques", écrit l’AFMPS.

Selon l’AFMPS, à l’heure actuelle, Philips garantit un taux de 90% de remplacement/réparation pour la fin de l’année 2022 (correspondant à celui donné au début du remplacement).

Afin de garantir au maximum la sécurité des patients, si la situation le nécessite, Philips peut également remplacer les anciens dispositifs par un dispositif temporaire en l’attente d’un dispositif définitif, explique aussi l’AFMPS.

Au 31 juillet 2022, 52% des appareils enregistrés et éligibles ont été remplacés en Belgique (soit 13.910 appareils). L’AFMPS continue à suivre de près la situation. En mai dernier, l’AFMPS insistait sur la nécessité que les propriétaires d’appareils Philips concernés par ce problème devaient avoir enregistré leur appareil auprès du fabricant pour obtenir une réparation ou un remplacement.

Sur le même sujet

Industrie : le néerlandais Philips va supprimer 4000 emplois dans le monde

Economie

Philips rappelle des appareils d’apnée du sommeil

Articles recommandés pour vous