Hainaut

Retour des carnavals : "Être Gille a un coût mais c’est un plaisir immense qui nous a trop fortement manqué"

Le focus

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Enfin", "Nous attendons cela depuis deux ans", "Ce sera le plus beau jour de l’année" "On se prépare depuis des mois"… Après deux années de Covid et le carnaval par deux fois annulé, Binche se prépare à refaire la fête et à célébrer son carnaval à partir de dimanche avec l’apothéose, mardi, lorsque les Gilles porteront leur costume traditionnel.

"C’est le carnaval du renouveau"

Ludovic Préat est Gille dans la société des Récalcitrants à Binche depuis 1989 et ce carnaval, il l’attend avec encore plus d’impatience que les autres. "Après deux ans de privation, ce sera le carnaval du renouveau. Nous avons plein de choses à rattraper notamment la dimension festive car le carnaval est un folklore de rue."

Adrien Biké est le président de la société des Gilles du Centre à Anderlues, une commune juste à côté de Binche. Et lui, son carnaval ce sera pour la semaine d’après. "Ce sera un carnaval inoubliable. L’année passée, à un jour près, avec le baromètre, nous n’avons pas pu le faire."

Une attente forte et pourtant, être Gille a un coût non négligeable.

" Cela correspond à un budget vacances"

Pour Adrien Biké qui connaît tous les postes budgétaires de son carnaval, "un carnaval, cela ne s’improvise pas. Si on participe à toutes les soumonces, à toutes les activités de sa société, si on porte un chapeau au carnaval et si on rajoute les volets repas et boissons, c’est un peu un budget vacances."

Chaque Gille doit d’abord louer son costume à un louageur ou une louageuse, c’est le terme employé pour désigner la personne qui confectionne le costume traditionnel. Chez Fanny Kersten, à Binche, un costume neuf est à 130 euros, un costume d’un an à 95. Pour un chapeau et là, aucun Gille n’est contraint d’en prendre un, sa location oscille entre 250 et 350 euros.

À cela, il faut rajouter entre autres une paire de sabots. Ça tourne maintenant autour des 50 euros. Il y a aussi la cotisation à la société, l’achat d’oranges et enfin, une part non négligeable en repas si le Gille invite et en boissons, notamment le coût du champagne.

Retour des carnavals : "Etre gille a un coût mais c’est un plaisir immense qui nous a trop fortement manqué". Binche (illustration).
Retour des carnavals : "Etre gille a un coût mais c’est un plaisir immense qui nous a trop fortement manqué". Binche (illustration). © RTBF

Le système des cagnottes peut aider

Dans bon nombre de sociétés de Gilles encore aujourd’hui, il existe un système de cagnottes qui permet aux gilles qui le désirent d’épargner pendant l’année pour "payer leur carnaval". Bertrand Delplanque est le président de la société des Amis réunis à Estinnes. "Dans ma société, durant l’année, le Gille qui le souhaite peut faire un ordre permanent à la société ou un cagnotteur passe tous les 15 jours chez les Gilles et ils peuvent lui remettre un montant. Deux semaines avant le carnaval, l’argent est alors redistribué aux gilles et cela les aide fortement à assumer tous les frais du carnaval."

"Un carnaval, c’est d’abord et surtout un plaisir de plusieurs mois"

Mais comme tous les Gilles, Ludovic Préat, gille aux Récalcitrants à Binche, relativise le coût du carnaval. "C’est un budget conséquent qui dépasse largement, pour moi, qui suis Gille en plus avec mes deux garçons, les mille euros. Mais il ne faut pas voir ce montant juste comme 3 jours dans l’année. Ça s’étend sur six semaines dès la première répétition en batterie et même depuis septembre lorsqu’avec les amis, on commence à le préparer et à se voir."

Les spécialistes considèrent que près de 10.000 personnes font le Gille chaque année. D’abord, dans quasiment toutes les localités de la région du Centre mais aussi dans la région de Charleroi comme à Fontaine l’Evêque ou Fleurus, sans oublier Jemappes, juste à côté de Mons ou Nivelles entre autres, dans le Brabant wallon.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous