RTBFPasser au contenu
Rechercher

Football

Rétro PO1 : 13 mai 2018, le bras de Vormer offre le titre à Bruges 

Standard - FC Bruges : 13 mai 2018 (1-1)

Pro League - PO1 - 9ème Journée

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Pour beaucoup le 13 mai 2018, le bras de Vormer et l’arbitre Van Driessche ont " offert "  le titre à Bruges. L’affirmation est volontairement provocatrice, et la plupart des observateurs s’entendent pour dire que le Club méritait ce 15e titre de son histoire. Mais ce qui est sûr c’est que cette décision arbitrale a changé le cours de la rencontre, avant-dernière journée de Play-Off, et qu’en cas de victoire, le Standard revenait à 1 petit point de Bruges avant de se déplacer à Charleroi (pendant que le Club recevait Gand). Un Standard qui avait déjà remporté la finale de Coupe quelques semaines plus tôt.

Avant d’affronter les Blauw en Zwart à Sclessin, les Rouches sont revenus à 4 unités des leaders. Ils viennent de battre Anderlecht chez lui, 1-3, avec 2 buts d’Edmilson, qui comme Mehdi Carcela et Renaud Emond, réussit des Play-Off de feu.


►►► Retrouvez ici Nos rétros Play-Offs 1


En 8 rencontres, la Bande à Sa Pinto a pris 19 points sur 24, marqué 19 buts en n’en prenant que 8, fait preuve d’une mentalité extraordinaire ainsi que d’un niveau de forme physique déterminant (15 des 19 buts inscrits en PO le seront en seconde période).

A l’inverse, l’équipe d’Ivan Leko, qui partait dans ces PO avec 6 points d’avance sur Anderlecht (2e) et 12 sur le Standard (6e), n’a signé qu’un tristounet 11/24.

Les compositions

Konstantinos Laifis ouvre le score pour le Standard
Konstantinos Laifis ouvre le score pour le Standard BRUNO FAHY - BELGA

Le Standard est privé de Marin (depuis la 6e journée de PO) et de Fai, suspendu. Ce qui permet à Agbo et Pocognoli d’être titulaires. M’Poku, Carcela, Edmilson et Emond animent l’attaque.

A Bruges, plutôt que Wesley-Diaby comme duo offensif, c’est Wesley-Vossen, bien sûr soutenus par Vanaken et Vormer.

Gros pressing liégeois dès l’entame du match, et sur le 3e coup de coin, une tête de Luyindama, repoussée par Horvath, revient à Laifis, qui ponctue. 1-0 à la 11e minute, avance méritée, avec la participation déterminante des deux arrières centraux du Standard. Pour le Chypriote, c’était le 1er but de la saison, en championnat.

Malgré 3-4 belles occasions, le 2e but ne rentre pas, ou plutôt si, mais dans l’autre camp ! C’est Jelle Vossen qui trompe Ochoa et égalise. Mais on attribuera 1/3 du mérite à Vormer, et 1/3 à M Van Driessche. Dans son tacle glissé pour éviter l’intervention défensive d’Agbo, Vormer touche clairement le ballon du bras, le remet dans le sens du jeu et le sert à Vossen qui n’a plus qu’à ponctuer. Le VAR interpelle l’arbitre, ce qui signifie qu’il pense qu’il s’est trompé. M Van Driessche visionne les images mais valide le but.

Ochoa contre Vormer

La main de Vormer, volontaire ou involontaire ?
La main de Vormer, volontaire ou involontaire ? BRUNO FAHY - BELGA

Cela se passe à la 42e minute mais le score n’évoluera plus. Le rêve d’un fabuleux doublé Coupe-Championnat s’envole pour les Liégeois. Le stress de play-off décevants prend fin pour Bruges.

Mais dans les commentaires d’après-match, il n’est question que de cette décision arbitrale.

Mémo Ochoa, Gardien du Standard : "Revoir la phase ? Pas besoin, je suis sûr de mon fait. Vormer s’aide de la main, c’est très clair. Si c’est un défenseur qui commet cette faute de main dans la surface de réparation, l’arbitre siffle à tous les coups un penalty. Pourquoi alors accorder ce but à Vossen ? J’avoue ne pas comprendre. Et puis, si le VAR alerte l’arbitre, c’est parce que les images montrent qu’il y a bel et bien une faute de main. Mais il y a des choses qu’on ne peut pas contrôler et cette technologie en fait partie ".

Ruud Vormer, Capitaine du Club : " J’ai revu les images et je confirme qu’il n’y avait pas dans mon chef de faute de main. Je glisse et le ballon vient sur mon bras. Regardez les images et vous constaterez que sur la phase en question, mes yeux sont fermés. Mon geste n’est donc pas volontaire, même si je comprends que le VAR soit intervenu… ".

"Bruges est toujours favorisé par les arbitres" entend-on régulièrement depuis quelques années. En tout cas depuis que son Président Bart Verhaeghe est un des hommes forts à la Fédération. Sans entrer dans ce débat (un débat sans fin, ni vérité), on rappellera qu’une semaine plus tôt, à la suite de la défaite du Club contre Anderlecht au Jan Breydel, le N1 brugeois avait vertement critiqué le VAR, coupable selon lui d’avoir privé le leader de précieuses unités dans la course au titre.

Un titre mérité ? Oui !

A l’issue de la phase classique (donc avant la division des points par deux), l’équipe d’Ivan Leko comptait 12 points d’avance sur le 2e (Anderlecht) et 23 (!) sur le 6e (Standard). Il constituait la meilleure attaque de l’élite (68 buts), proposait un jeu offensif et fluide, et est resté en tête de classement durant 39 des 40 journées de championnat (lors de la 6e journée, c’est Charleroi qui portera la casquette de leader). Le tout sous la houlette d’un entraîneur (Leko) qui n’avait encore fait ses preuves que durant une saison, à St Trond.

La fête du titre sera célébrée toute la nuit en Venise du Nord.

Bilan de Sa Pinto : deux miracles

Une semaine après cette déconvenue, le Standard concédait le nul blanc à Charleroi et clôturait sa saison avec un titre de vice-champion improbable et une qualification pour les préliminaires de la Ligue des champions inespérée. Rappelons que lors de la dernière journée de la phase classique, c’est par le chas de l’aiguille, presque miraculeusement, qu’il était revenu d’Ostende avec les 3 points indispensables pour intégrer le top 6. Et la victoire en finale de Coupe de Belgique, un peu miraculeuse aussi, souvenez-vous : 88e minute, réflexe étonnant de J-F Gillet sur une tête à bout portant d’Aidoo, puis, en prolongation, but de Renaud Emond, dans un trou de souris au second poteau.

Deux miracles, pour un Ricardo Sa Pinto qui se pensait parfois capable de marcher sur les eaux de la Meuse ? Peut-être ! Mais ne négligeons pas la formidable "grinta" que le Portugais avait réussi à insuffler à sa formation, et qui a souvent fait la différence.

Le divorce entre l’imprévisible coach et la Direction du Matricule 16 sera annoncé peu après la fin du championnat.

Les équipes

Standard : Ochoa; Pocognoli, Laifis, Luyindama, Cavanda; Cimirot (75ème Cop), Agbo; Mpoku (61ème Carlinhos), Carcela (91ème Djenepo), Edmilson Jr; Emond

Club de Bruges : Horvath; Mechele, Denswil, Poulain; Diatta (79ème Dennis), Nakamba, Vormer, Vanaken (92ème Decarli), Cools; Wesley, Vossen (74ème Simons)

Les buts : 11ème Laifis (1-0), 42ème Vossen ( 1-1)

Arbitre : B. Van Driessche

Rétro PO1 13 mai 2018, le bras de Vormer offre le titre à Bruges 
Rétro PO1 13 mai 2018, le bras de Vormer offre le titre à Bruges 

Articles recommandés pour vous