Rétropédalage du CodeCo sur la culture : "Ça risque d'affaiblir notre capacité collective à lutter contre la Covid-19", regrette Catherine Fonck

Marche arrière/le gouvernement De Croo fragilisé

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

29 déc. 2021 à 14:10Temps de lecture1 min
Par Adeline Louvigny et Thomas Dechamp

C'est une première dans cette crise sanitaire : suite à une suspension de l'arrêté royal actant la fermeture des cinémas, théâtres et salles de spectacle, le CodeCo a décidé de revenir sur cette décision, prise le 22 décembre dernier. Un nouveau CodeCo, virtuel, doit avoir lieu aujourd'hui pour officialiser ce retour en arrière des mesures dans le secteur de la culture.

La pression était forte, depuis plusieurs jours, autant du côté des acteurs du secteur, où plusieurs cinémas et théâtre ont fait preuve de désobéissance civique, que des experts scientifiques, et des politiques, autant de la majorité que de l'opposition. Le 23 décembre, Catherine Fonck, cheffe du groupe cdH à la Chambre, avait d'ailleurs introduit une motion d'urgence en séance plénière afin de revoir ces mesures sur le secteur culturel, en vain. Elle s'est exprimée sur notre antenne :

"Ils [les partis de la majorité] l'ont validé à trois reprises, l'ensemble du gouvernement, même s'ils jouent un peu à la vierge effarouchée maintenant. Je trouve que c'est un énorme gâchis politique, six jours assez pathétiques. C'est triste, mais c'est aussi assez grave parce que ça érode la confiance. Ça risque en tout cas d'affaiblir, pour demain et après-demain, notre capacité collective à lutter contre la Covid-19"

Georges Gilkinet (Ecolo), s'est également exprimé sur La Première ce matin, reconnaissant que sans la décision de justice, le politique n'aurait pas fait marche arrière. "Oui, parfois, on a besoin d’un élément extérieur pour nous aider", concède le Vice-Premier. "Nous sommes dans un État de droit où on peut manifester si on n’est pas d’accord avec des décisions, où on peut les contester devant le Conseil d’État."

"Mais je dirais évidemment que tout est bien qui finit bien et tirons-en les leçons dans notre façon de fonctionner. Et je pense que c’est un éternel recommencement, mais nous allons plaider en ce sens pour avoir des décisions encore mieux concertées, encore mieux expliquées, parce qu’on n’arrivera pas au bout de cette crise sans adhésion de la population."

Sur le même sujet

Culture, cinéma, événementiel : le Codeco a décidé de rétablir les règles du 3 décembre dernier

Georges Gilkinet à propos du Codeco : "Tirons-en les leçons dans notre façon de fonctionner"

Belgique

Articles recommandés pour vous