Matin Première

Revue de presse : le déconfinement sera plus sévère

© Tous droits réservés

Et à la Une, la presse reprend espoir !

90% d’espoir

Avec ce chiffre qui tourne : un vaccin efficace à 90%.

C’est à la Une du Soir. C’est à la Une de l’Avenir, de Sudpresse, de la Libre et des autres.

C’est aussi évidemment à la Une de la presse néerlandophone. Laatste Nieuws, en tête.

Pour dire quoi ? Et bien que l’annonce, une bonne nouvelle surprend la communauté scientifique et qu’il faut surtout rester prudent.

Ne pas se réjouir trop vite, insiste la Libre et se montrer patient, ça, on a appris à le faire depuis le début de l’année.

 

Jour de fête sur les marchés

Mais deux bonnes nouvelles, ça s’annonce tout de même.

 

D’abord, donc, ce vaccin. On sait que les annonces spectaculaires dans la pharma peuvent avoir des objectifs spéculatifs.

 

Ce n’est pas pour rien que l’Echo titre : "Jour de fête sur les marchés", les investisseurs se sont rués sur les actions… Le déclencheur ? C’est Pfizer et son annonce d’un vaccin 9/10.

Prudence, mais réjouissons-nous. Puisque le spectre d’un scénario à la HIV, 4 décennies de recherche et pas de vaccin, ce scénario est en train de s’éloigner définitivement, dit l’Echo.

 

Les chiffres s’améliorent

L’autre bonne nouvelle. Ce sont les chiffres doucement encourageants.

Avec un recul du nombre d’infection.

Réjouissons-nous prudemment. Les soins intensifs n’ont pas encore désempli, dit la Libre.

Et le nombre de décès continue d’être lourd. Non, ce n’est pas drôle. C’est même terriblement déprimant, reconnaît le quotidien. Mais constatons ceci.

Chaque fois que nous le décidons, nous progressons.

A la fin, nous vaincrons ce virus grâce au vaccin qui nous fera sortir de la nuit du Covid.

Déconfinement : la stratégie de sortie sera plus sévère

Premier acte ?

On enterre au fond du jardin le baromètre santé.

Ce n’est pas l’outil dont nous avons besoin

a dit le ministre de la santé.

D’accord, admet le Soir, sans doute va-t-on remplacer le baromètre par un coronamètre ou un confinomètre…

Peu importe comment on l’appelle, il faudra un outil pour mesurer où l’on se situe. Une jauge qui passe du rouge au vert ou au jaune une échelle qui monte de 1 à 5. Ou de 1 à 8.

En vrai, ce n’est pas cette partie-là de la discussion qui importe. Ce qu’il nous faut, c’est un outil fermement établi qui empêche, quand la situation s’aggrave, que le lobbying freine l’efficacité des mesures.

Et surtout, qu’on l’appelle "l’échelle de richter du Corona" ou le Covid-o-graphe, ce que ce baromètre doit nous donner, c’est une perspective.

Un but à atteindre. Et un cadre qui définit ce qu’il ne faut pas dépasser.

 

 

L

Recevez chaque vendredi l'essentiel de Matin Première

recevez chaque semaine une sélection des actualités de la semaine de Matin Première. Interviews, chroniques, reportages, récits pour savoir ce qui se passe en Belgique, près de chez vous et dans le monde.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous