Diables Rouges

Rififi et rumeurs : que s’est-il vraiment passé dans le vestiaire des Diables rouges ?

© Tous droits réservés

Que s’est-il passé dans le vestiaire des Diables rouges après la défaite encaissée contre le Maroc ? C’est la question qui agite tous les suiveurs de notre sélection. Ce groupe, habitué à gagner, se retrouve au bord de l’élimination et est donc forcément sous pression. Les crispations font inévitablement surface. Roberto Martinez a, lui-même, concédé qu’il y avait des tensions dans le groupe. A quel point ? C’est ce que nous avons tenté de savoir.

L’Equipe évoque un clash dans le vestiaire à l’issue de la rencontre. Le quotidien français annonce que Jan Vertonghen et De Bruyne ont dû être séparés par Romelu Lukaku. "C’est n’importe quoi" selon Thierry Courtois.

Le père du gardien réfute également le fait que son fils et Kevin De Bruyne ne se parlent plus depuis plusieurs années. "Les parents s'entendent très bien. Lundi les deux familles étaient à la plage ensemble lors de l’après-midi détente", insiste-t-il.

Un joueur interrogé a dit qu’il n’avait pas remarqué cet éventuel clash dans le vestiaire. Plusieurs membres des familles des joueurs nous précisent également que malgré l’ambiance pesante liée à la défaite, la soirée famille s’est "bien passée".

Ces "démentis" ne veulent évidemment pas dire que le groupe vit bien. Certaines déclarations maladroites d’Eden Hazard ("nos défenseurs sont lents, mais ils le savent") ou De Bruyne ("on a perdu des grands joueurs depuis 2018") ne sont pas passées. La sortie ironique de Jan Vertonghen après le match contre le Maroc en atteste.

Les Diables sont dos au mur et ils ne s’y attendaient pas. Ces petits "détails" et ces maladresses verbales auraient pu être digérés beaucoup plus facilement si les résultats étaient au rendez-vous. Mais dans le contexte actuel, avec le spectre de l’élimination, les tensions latentes émergent et les émotions débordent. Jusqu’à quel point ? C’est difficile à dire et les secrets de vestiaires sont souvent bien gardés.

L’heure est à l’union nationale. Les cadres doivent prendre leurs responsabilités au sein du groupe, comme sur le terrain. Le changement d’intervenants de la conférence de presse (Hazard et Courtois, plutôt que Carrasco et Theate) semble aller dans ce sens.


Pour éviter une sortie sans gloire, il faut puiser dans ces difficultés un esprit rassembleur. Une victoire contre la Croatie passera par là.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous