Icône représentant un article video.

Diables Rouges

Roberto Martinez passe la défense des Diables Rouges au crible : Vertonghen "unique", Debast "fantastique", Denayer et Dendoncker dans une course contre-la-montre

03 oct. 2022 à 15:08Temps de lecture9 min
Par Cédric Lizin et Pierre Deprez

Roberto Martinez, le sélectionneur des Diables Rouges, a accordé un entretien exclusif à Pierre Deprez et à la RTBF ce lundi au centre national de Tubize. L'occasion de faire le point, notamment, sur les récentes prestations de la défense belge face au pays de Galles et aux Pays-Bas, aux titularisations de Zeno Debast et sur la situation compliquée de ces dernières semaines pour Leander Dendoncker et Jason Denayer. À un peu plus d'un mois du coup d'envoi de la Coupe du Monde au Qatar, la parole est à la défense !

"En 2018, on avait quatre défenseurs centraux qui évoluaient tous au plus haut niveau : Vincent Kompany, Thomas Vermaelen, Toby Alderweireld et Jan Vertonghen, a rappelé Roberto Martinez. Deux d’entre eux ont pris leur retraite, et on n’a pas réussi à leur trouver de remplaçants attitrés. Nous sommes au beau milieu d’une période de transition. Parfois, ça prend trois ou quatre générations de remplacer des joueurs du calibre de ceux dont on parle. Et ce cas se représentera lorsque Jan Vertonghen et Toby Alderweireld prendront leur retraite, il y aura un gouffre à combler. C’est pourquoi nous utilisons énormément l’expérience de Jan et de Toby à l’heure actuelle. Les joueurs qui reçoivent une chance doivent prouver qu’ils sont prêts à remplir ce rôle. Nous avons étendu nos recherches jusqu’à la génération de Zeno De Bast. La qualité est là, mais je ne veux pas mettre de pression supplémentaire à un joueur ou l’autre. C’est un long processus, et on en est au beau milieu de celui-ci."

"Leander Dendoncker ? On sait exactement ce dont il est capable"

Titulaire en défense centrale lors des trois rencontres au programme en juin (deux victoires contre la Pologne, un partage au pays de Galles), le nouveau joueur d'Aston Villa n'a pas eu voix au chapitre en septembre.

"Leander Dendoncker, on sait exactement ce dont il est capable. C’est quelqu’un de fiable, il peut jouer à différents postes... Il a beaucoup de qualités pour faire partie des 26 joueurs sélectionnés pour la Coupe du Monde. Lors des matches disputés en juin, il a acquis un nouveau statut chez les Diables Rouges, et ensuite, il a changé de club et n’a pas beaucoup joué. Il a besoin de temps, et nous, on a vu ça comme une opportunité de tester différentes options, comme Zeno Debast. On voulait voir comment lui s’adapterait à ce rôle, car Leander, on sait parfaitement ce qu’il sait faire. D’ici la Coupe du Monde, il a encore du temps pour revenir à son meilleur niveau."

"Zeno Debast ? Des débuts très impressionnants"

"Zeno Debast, lui, a prouvé qu’il est prêt à jouer une Coupe du Monde au sein de cette équipe. On lui a donné la chance de montrer ce dont il est capable, et moi, j’ai vu un joueur en pleine confiance, qui savait exactement ce qu’il devait faire. Il s’est très bien adapté à notre système de jeu. Il a commis des erreurs ? Non, il a compris que pour prester au niveau international, il faut apprendre, gravir les échelons. J’étais très heureux de la manière dont il a fantastiquement bien joué entre les deux rectangles. Maintenant, il est entré dans une phase où il doit apprendre à jouer face à un autre type d’attaquants, face à des attaquants d’un autre niveau, qu’on rencontre en international. Zeno est un meilleur joueur maintenant par rapport à celui qu’il était avant le rassemblement de septembre. J’aime aussi sa personnalité : il ne rejette jamais la faute sur quelqu’un d’autre, il a un énorme désir de progresser, d’apprendre. Pour moi, ses débuts face au pays de Galles étaient très impressionnants, peut-être les plus impressionnants d’un jeune de 18 ans depuis que je suis à la tête des Diables Rouges, il est promis à un incroyable avenir."

"Jason Denayer ? Sans les Diables en septembre, il n'aurait jamais été prêt"

Jason Denayer, lui, est resté pendant de longs mois sans jouer et a rejoint il y a quelques jours seulement le FC Shabab Al-Ahli Dubai. L'ancien joueur de Lyon est désormais engagé dans une course contre-la-montre, à un mois et demi du coup d'envoi de la Coupe du Monde au Qatar. Sera-t-il "fully fit" pour le grand rendez-vous de cet automne ?

"Je pense que sa venue chez les Diables Rouges en septembre lui a fait beaucoup de bien. Sans ça, je pense qu’il n’aurait jamais été prêt pour la Coupe du Monde. On a pu le tester, voir où il en est. Et cela lui a donné un très bon point de départ pour démarrer au sein d’un nouveau club. Les cinq semaines à venir vont être très importantes pour lui. Je rappelle qu’il a joué sept des huit matches de qualification pour cette Coupe du Monde, il a apporté beaucoup de choses à l’équipe. Mais il doit être en mesure de prester au plus au niveau au Qatar. On garde un œil sur lui : son absence, ce serait une perte pour l’équipe."

"Jan Vertonghen ? Un profil unique pour un gaucher"

"Il a de l’expérience, c’est très difficile de trouver un gaucher avec son profil, son calme, et son importance dans le jeu quand on est en possession de balle. Notre équipe a en général 65, 70% de possession de balle, chaque joueur sur le terrain a donc de l’importance quand on a la possession. On n’a pas de défenseur dans le même registre que Jan Vertonghen pour casser les lignes de passes, pour jouer vers l’avant, construire le jeu. Comme tout joueur qui prend de l’âge, il perd une partie de ses capacités physiques, mais il gagne en expérience et en positionnement. Je n’ai pas encore vu de profil meilleur que le sien pour occuper sa place. Pour moi, il a démontré lors des deux derniers rassemblements qu’il est notre meilleur gaucher pour cette position."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous