Robots tueurs : les Etats-Unis plaident en faveur d’un "code de conduite"

© Tous droits réservés

02 déc. 2021 à 15:44Temps de lecture1 min
Par Belga

Les Etats-Unis ont plaidé jeudi lors d'une réunion à l'ONU en faveur de l'élaboration d'un "code de conduite non contraignant" sur les systèmes d'armes létales autonomes (SALA), dits "robots tueurs".

"A notre avis, le meilleur moyen de progresser dans notre réflexion serait d'élaborer un code de conduite non contraignant", a déclaré le représentant américain, Josh Dorosin, conseiller juridique au département d'Etat.

"Un tel code aiderait les Etats à promouvoir un comportement responsable et le respect du droit international", a-t-il affirmé lors d'une réunion à Genève du Groupe d'experts gouvernementaux sur les systèmes d'armes létales autonomes.

Faut-il réguler l'usage de ces armes ?

La première réunion officielle de ce Groupe d'experts, dont le mandat va prendre fin, a eu lieu en 2017, sans trouver de consensus sur la nécessité ou non de réguler l'usage futur de ces armes. Il est toutefois prévu que le Groupe d'experts publie des recommandations à l'issue de sa dernière réunion (2-8 décembre), en vue de la conférence d'examen de la Convention des Nations unies sur l'emploi de certaines armes classiques qui se tiendra du 13 au 17 décembre à Genève.


►►► À lire aussi : Les robots tueurs arrivent : peut-on les laisser faire ?


A cette fin, l'ambassadeur belge Marc Pecsteen, qui préside les discussions du Groupe d'experts gouvernementaux, a élaboré un rapport qui recommande aux Etats parties à la Convention d'ouvrir des négociations afin de parvenir à des normes internationales sur ces armes. Le rapport recommande aussi que les Etats s'engagent à exercer "contrôle humain suffisant" en mettant en place des gardes-fous.

Lors des débats jeudi, plusieurs pays, dont les Etats-Unis et l'Inde, ont fait part de leur réticence à adopter un cadre juridique contraignant et ont critiqué de nombreux aspects du rapport.

En novembre 2018, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait appelé les Etats à interdire ces armes, qu'ils qualifient de "politiquement inacceptables et moralement révoltantes".

Pour les ONG, dont HRW, les inquiétudes grandissantes et l'incertitude juridique montrent le besoin urgent d'avoir une règlementation contraignante.

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous