Roland Garros - Tennis

Roland-Garros – David Goffin : "Mon match était comme un refus de passer l'obstacle"

David Goffin, battu dès le premier tour de Roland-Garros

© BENOIT DOPPAGNE - BELGA

27 sept. 2020 à 14:15 - mise à jour 27 sept. 2020 à 14:15Temps de lecture2 min
Par Christine Hanquet

"Démotivation". C’est le mot que l’on retiendra de la conférence de presse de David Goffin, après son élimination au premier tour de Roland-Garros. Il a été battu par le jeune Italien Jannik Sinner, 7/5-6/0-6/3, sans montrer le moindre signe de révolte, sans parvenir à combattre vraiment.

On a très vite deviné que le souci n’était pas du tout physique ou tennistique, mais bien mental. Des manques de motivation, de confiance, d’envie étaient très faciles à percevoir. Le joueur belge est un peu perdu, mais il a trouvé les mots pour expliquer ses problèmes actuels. Il va maintenant essayer de trouver les solutions.

Entretien…

David, on pouvait s’attendre à un match difficile, mais surtout à une belle bagarre. Mais il n’y a pas vraiment eu de bagarre. Comment l’expliquer ?

Ce n’était pas un bon match. Je n’étais pas là, je n’étais pas présent. Le tennis était là à l’entraînement, mais si je ne suis pas là en match, à 100%, cela ne peut pas aller. Il n’y avait pas d’énergie générale, pour s’accrocher. Je ne sais pas. Il y a des jours comme ça. Je n’étais pas bien sur le court. C’est dur. Ce n’est pas évident, de jouer dans ces conditions, contre Jannik, qui joue très bien, et qui ne m’a pas donné des occasions d’essayer de me lancer dedans et de me motiver. Ce n’est pas bon. Ce n’est pas bon, pour le moment.

Savez-vous pourquoi cela vous arrive ?

C’est un état général. Ce n’est pas évident, pour le moment, d’être à 100%, et d’être vraiment concentré sur le tennis. Aujourd’hui, c’était un refus de passer l’obstacle. Il va falloir prendre des décisions pour la suite de la saison. Dans cette situation-là, elle va être très longue. Il va falloir tenter de se trouver des objectifs pour les trois ou quatre derniers tournois. Je vais voir ce que je vais faire.

Cela veut dire que vous pourriez modifier votre calendrier, et ne pas tout jouer ?

C’est clair que je ne retournerai en tournoi que si j’en ai vraiment envie, et que si j’ai vraiment envie de m’accrocher et de me battre sur chaque balle. Sinon, jouer pour jouer, surtout dans ces conditions, cela ne sert à rien. On va essayer de retrouver du plaisir et de la motivation, pour essayer de bien performer. Parce que sans ça, je n’y arrive pas.

Votre démotivation vient-elle des conditions sanitaires difficiles, des obligations, des restrictions ?

On est inquiets pour tout. Cela part de la vie privée, on est inquiets pour nos proches. Puis, il faut savoir comment s’entraîner. Et dès qu’on commence à voyager, on est aussi dans le stress, de savoir comment cela va se passer. Quand on arrive sur un tournoi, on doit passer des tests. Et on sait que certains joueurs sont disqualifiés, sans aucune raison, dans chaque tournoi. On prie pour qu’un faux test positif ne nous arrive pas à nous. Et une fois qu’on est négatif, on doit essayer de s’entraîner, avec des règles strictes. Quelque part, il y a une espèce d’inquiétude générale, au quotidien. Quand j’essaye d’un petit peu retrouver les sensations, s’il y a ça en plus, il y a une petite démotivation, au premier tour, contre un joueur comme lui.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous