Roland Garros - Tennis

Roland-Garros - Gilles-Arnaud Bailly : "J’avais dit pour rire que je pouvais aller en finale, mais maintenant j’y suis"

Gilles-Arnaud Bailly s’est hissé en finale de Roland-Garros, chez les juniors

Après Joran Vliegen en double mixte, un autre Belge s’est hissé en finale de l’édition 2022 du tournoi de Roland-Garros. Gilles-Arnaud Bailly, 16 ans, a gagné sa demi-finale, face au Polonais Martyn Pawelski, 1/6-6/1-6/2.

Ce samedi, il tentera de devenir le premier joueur belge depuis Kimmer Coppejans, il y a dix ans, à gagner le titre chez les juniors, lors du Grand Chelem parisien. Il rencontrera un régional de l’étape, le Français Gabriel Debru.

Entretien avec un futur finaliste de Roland-Garros…

Gilles-Arnaud, ça y est, vous êtes en finale. Vous nous aviez dit, en début de tournoi, que c’était possible…

Je l’avais surtout dit pour rire, mais tout est possible. C’est incroyable d’être en finale. Je n’arrive même pas encore à y croire. Je suis impatient d’y être.

Il vaut mieux ne pas trop réaliser, peut-être…

Oui, c’est vrai. C’est réel, mais c’est inimaginable. Je peux encore jouer les tournois juniors pendant un an, et je me disais que j’arriverais peut-être à passer quelques tours, à aller en quart de finale. Mais pas en finale…

On rappelle que vous n’avez que seize ans, et que vous battez régulièrement des joueurs plus âgés que vous…

Je n’ai pratiquement rencontré que des joueurs qui sont nés en 2004, donc qui avaient un an ou un an et demi de plus que moi. Je ne ressentais pas de stress. D’accord, ils étaient plus âgés, mais je n’avais rien à perdre. J’ai juste joué mon jeu. Et j’ai très très bien joué.

Peut-on dire que vous avez été sauvé par la pluie, qui a interrompu votre match, alors que vous aviez perdu le premier set ?

On peut dire que cela m’a aidé, oui. Au premier set, je jouais trop sur son revers, et je ne le faisais pas assez courir. Il ne ratait pas une balle. J’ai changé de tactique en revenant sur le court. Là, je l’ai fait courir, et j’ai plus joué sur son coup droit. Il a commencé à hésiter et à faire plus de fautes. Je suis très content.

Connaissez-vous le nom du dernier Belge qui a gagné le tournoi junior à Roland-Garros ?

Oui, c’est Kimmer Coppejans. Je m’entraîne souvent avec lui, quand il est à Hasselt. Il va m’envoyer un message, c’est certain. Ce serait top de gagner ce tournoi comme lui.

Justine Henin l’a gagné aussi…

Ca, je ne savais pas.

Maintenant, vous allez rencontrer un Français, en France. Etes-vous prêt pour une ambiance assez chaude, et des spectateurs contre vous ?

Oui, parce que j’aime quand il y a beaucoup de spectateurs, et une belle ambiance. Je sais que le public ne sera pas pour moi, mais je vais essayer de m’imaginer qu’ils sont pour moi. On verra ce que cela va donner, mais ce sera une super-expérience.

Articles recommandés pour vous