RTBFPasser au contenu
Rechercher

Roland Garros - Tennis

Roland-Garros : Novak Djokovic se dit favorable à la suppression des juges de ligne

Novak Djokovic à Roland-Garros
04 oct. 2020 à 06:38Temps de lecture2 min
Par Christine Hanquet

Pour le numéro un mondial, le Serbe Novak Djokovic, les juges de ligne pourraient facilement disparaître du paysage tennistique. Ils ne sont plus vraiment nécessaires, selon lui.

L’être humain est faillible. Mais il est rarissime que dans ce sport, une erreur ait des conséquences sur le résultat d’un match. Au premier tour de ce tournoi de Roland-Garros, sans la faute d’une arbitre, Kristina Mladenovic aurait gagné le premier set d’une rencontre qu’elle a fini par perdre en deux manches. Mais aucun juge de ligne n’était concerné par la polémique.

Sur les tournois disputés sur des surfaces rapides, le "Hawk-Eye" est utilisé depuis une quinzaine d’années, et il a petit à petit été généralisé. Il permet de vérifier l’impact d’une balle, si un joueur conteste les décisions arbitrales. Mais il n’a pas entraîné la disparition des juges de ligne, qui interviennent les premiers.

Jusqu’à cet été… Au tournoi de Cincinnati (disputé à New York), et à l’US Open (au même endroit), il fallait absolument réduire le nombre de personnes présentes sur le site, à Flushing Meadows. Et cela, bien sûr, à cause de la pandémie de coronavirus. Les juges de ligne ont été remplacés par des "machines". Sauf sur les deux courts principaux. Novak Djokovic n’a pas joué sur les plus petits terrains, mais il a évidemment vu ce que cela pouvait donner. Lui, il a eu droit à l’arbitrage "traditionnel", avec une conséquence immense, sa disqualification. Il a précisément été exclu du tournoi pour avoir envoyé une balle sur une juge de ligne.

A Roland-Garros, on n’a jamais utilisé le "Hawk-Eye", pas plus cette année qu’auparavant. S’il y a contestation, l’arbitre descend toujours de sa chaise, pour vérifier la trace laissée par une balle. Les juges de ligne jugent, l’arbitre arbitre, et la technologie n’intervient pas.

Cela a toujours été accepté comme cela, et les petits accrocs possibles ("non, vous ne regardez pas la bonne trace") sont considérés comme faisant partie du jeu.

Mais c’est donc à Paris que Novak Djokovic s’est exprimé sur le sujet. Pour lui, les juges de ligne sont devenus inutiles. "Quel que soit mon respect pour la tradition et la culture dans notre sport, et pour les personnes présentes sur le court pendant le match, y compris les juges de ligne, je ne vois pas pourquoi nous n’utiliserions pas dans tous les tournois du monde le système qui a été mis en place au tournoi de Cincinnati et à l’US Open. La technologie est tellement avancée qu’il n’y a pas de raisons de garder des juges de ligne sur le court. Bien sûr, je comprends que cette technique est chère. Et il y a donc un problème économique. Mais j’ai l’impression que l’on tend vers cela, et que tôt ou tard, nous n’aurons plus de juges de ligne. La seule raison de les garder, c’est la tradition. Et puis, sans juges de ligne, j’aurais moins de risques de faire ce que j’ai fait à New York".

Cette dernière phrase a été prononcée avec un grand sourire…
 

Articles recommandés pour vous