Standard de Liège

Ronny Deila avant Union-Standard : "La seule chose que je demande à mes joueurs est de tout donner sur le terrain"

RONNY DEILA, LE COACH DU STANDARD, ATTEND UNE REACTION DE SES JOUEURS A L’UNION

© PHOTO BELGA – BRUNO FAHY

Par Pierre Capart

Une semaine après la défaite concédée à Sclessin face à Courtrai (0-2), le Standard se retrouve au pied du mur avant d’aborder un calendrier délicat avec des rencontres à l’Union Saint-Gilloise, à Anderlecht, face à Westerlo et au Club de Bruges. Un programme copieux qui s’apparente à un mois de vérité mais qui risque de s’avérer indigeste pour les Rouches si ceux-ci ne parviennent pas à élever leur niveau, notamment sur le plan offensif. Ronny Deila en est bien conscient. L’entraîneur norvégien, qui a fait des Playoffs une priorité, sait mieux que quiconque où le bât blesse et ce qu’il manque pour franchir un cap. Pour le coach liégeois, le nettoyage a été fait, les fondations sont en place et la (re) construction suit son cours.

 

La rencontre face à Courtrai a manifestement laissé des traces au Standard. Au lendemain de cette contreperformance, l’ambiance était lourde à Sclessin. Lucide, Ronny Deila n’est pas du genre à fuir ses responsabilités. Il ne le cache pas, cette défaite a fait mal. " Je pense que c’est la pire prestation de mon équipe depuis que je suis au Standard. Je n’ai toujours pas digéré cette défaite. J’avoue que je n’ai pas fermé l’œil de la nuit après ce match et je ne me sentais vraiment pas bien en arrivant lundi à l’entraînement. Ce n’est pas un problème pour moi de perdre un match mais pas de cette façon-là. On a manqué d’envie et de combativité. C’est quelque chose que je ne peux pas admettre. C’est contraire à mes convictions. Pourtant, les joueurs avaient envie de bien faire et la mentalité était bonne avant le coup d’envoi mais on est passé complètement à côté de notre match. C’est difficilement compréhensible ".

Ce n’est pourtant pas la première fois cette saison que le Standard trébuche face à des équipes de bas de tableau. Les Liégeois éprouvent manifestement des difficultés quand ils doivent endosser leur statut de favori. Un constat que déplore Ronny Deila : " On a effectivement un souci à gérer la pression contre les équipes dites plus faibles. On l’a ainsi vu à plusieurs reprises cette saison. Ce fût le cas dans le derby face à Seraing, contre Louvain mais aussi Ostende même si nous avons quand même réussi à gagner ce match mais dans la douleur et avec un peu de chance (1-0). On doit être plus dominant. C’est ce qu’on essaie de faire en général mais contre Courtrai, on n’est pas parvenu à se créer la moindre occasion de but et je trouve ça regrettable ".

Réaction attendue à l’Union

L’uppercut asséné par Courtrai pourrait toutefois s’avérer salutaire pour les troupes de Ronny Deila. Le Norvégien attend une réaction d’orgueil de la part de son équipe ce samedi au Stade Marien. Je sais que l’Union est une équipe du top, qui possède énormément de qualités. Les Bruxellois sont rapides et efficaces. C’est une des meilleures équipes du championnat. Ce ne sera donc pas un match facile pour nous mais la seule chose que je demande à mes joueurs est de tout donner sur le terrain. Si tout le monde évolue à son meilleur niveau, on peut battre toutes les équipes du championnat. On l’a d’ailleurs montré face à Bruges ou l’Antwerp notamment. Mais c’est vrai aussi que si nous ne sommes pas à 100%, nous pouvons être battus par n’importe quelle équipe. C’est pour cette raison que je veux voir des guerriers sur le terrain. Des joueurs qui se battent pour le club et ses fantastiques supporters".

Manque de leadership dans l’équipe

Un des reproches formulés par les observateurs qui suivent le Standard est le manque de leadership dans l’équipe. Pour Deila, cette remarque est toutefois à nuancer : " Vous savez, l’équipe du Standard est composée de très jeunes joueurs, qui manquent forcément d’expérience mais je dispose quand même de quelques leaders dans le groupe avec Aron Dönnum et Filip Zinckernagel. Et puis, on vient aussi de recruter Ibe Hautekiet qui, malgré son jeune âge, est déjà considéré comme un leader naturel. Il était capitaine au Club NXT, ça signifie quelque chose. Il possède les qualités pour devenir un des leaders du Standard. Et puis, je dirais que c’est aussi à moi d’inculquer ce leadership dans l’équipe, en insistant sur les notions de combativité et d’engagement ".

Avec quelle attaque ?

Le fighting spirit est une chose mais le Standard doit aussi retrouver son efficacité. Si défensivement, l’équipe de Sclessin tire son épingle du jeu, il en va autrement sur le plan offensif. Il faut dire que Ronny Deila n’a guère l’embarras du choix, surtout avec la blessure Stipe Perica. Les prestations de Noah Ohio sont plutôt en dents de scie et Renaud Emond revient à peine après cinq mois d’absence en raison d’une grave blessure. L’attaque constitue donc le point faible du Standard actuel. " C’est vrai que j’aimerais avoir davantage de solutions offensives, notamment un Top scoreur. Mais ce n’est pas facile à trouver. Un véritable buteur, ça coûte cher et notre situation financière ne nous permet pas de faire des folies. Maintenant, nos attaquants peuvent aussi planter des buts. Je pense à Renaud quand il aura retrouvé le rythme et ses sensations ainsi qu’à Stipe une fois la confiance revenue. L’autre aspect important dans notre jeu, c’est la vitesse mais on a des joueurs très rapides. Je pense à Philip (Zinckernagel), William Balikwisha ou encore Cihan Canak. Le groupe est assez équilibré, avec de la qualité et l’état d’esprit est excellent. Comme pour une maison, les fondations sont bonnes et après un nettoyage, la construction est en cours. Nous devons donc poursuivre sur notre lancée, en faisant progresser l’équipe actuelle tout nous renforçant l’été prochain pour permettre au club de franchir un nouveau palier ".

Les Playoffs ? Un must pour le Standard

Alors que démarre ce fameux mois de vérité, le Standard n’a pas encore fait une croix sur le Top 4 même si les Liégeois doivent avant tout songer à assurer leur place dans le Top 8. Une participation aux Playoffs est une obligation pour Ronny Deila : " Notre objectif n’a pas changé. On vise toujours les Playoffs, c’est la priorité absolue. Une participation en Playoffs 1 serait exceptionnelle vu le niveau très relevé du Top 4 avec des équipes comme Genk, l’Union, l’Antwerp et Bruges, mais il faut rester réaliste et assurer avant tout notre place dans le Top 8. Les Playoffs constituent une belle opportunité pour les joueurs qui peuvent ainsi acquérir de l’expérience en disputant des matches à haute intensité qui s’apparentent à des finales de coupe. Nous devons donc nous qualifier pour les Playoffs. C’est indispensable si nous voulons progresser ".

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma... Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous