RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Royal Festival de Spa : "Acting", derrière des détenus, des hommes, leur parcours, leurs rêves

Un huis clos plein d’émotions mais aussi plein d’humour

Descendre quelques marches et, soudain, on y est. On est en prison avec cette odeur de renfermé, de poussière, ces couvertures rêches, ces toilettes derrière une tenture et une télévision qui débite son lot de téléréalités, d’émissions ineptes. On est dans cette étroite cellule que se partagent Gepetto, un escroc, Horace, un Marseillais renfermé dans son mutisme et un nouveau venu : Robert, acteur de profession, meurtrier de son état.

Entre l’escroc flambeur qui rêve de strass, de paillettes et du "haut de l’affiche" pour prouver à son ex qu’il vaut quelque chose et l’acteur à la culture immense qui a galéré pour dénicher des rôles, qu’un producteur a détruits avant d’être lui-même détruit, entre ces deux-là se noue une relation intense de maître à élève, de père à fils spirituel. Le défi est énorme : apprendre à ce jeune à devenir acteur. Lui inculquer les grands auteurs mais surtout lui apprendre à lâcher ses émotions, à se mettre à nu.

Et la magie opère dans un subtil mélange d’émotions et de répliques à l’humour brut ou grinçant. La leçon de théâtre est aussi une leçon de vie. Ce sont des détenus avec leur passé, leur vulnérabilité (Gepetto n’a jamais reçu un seul compliment), leurs rêves réduits à néant l’un par un divorce, l’autre par "le système" qui ne lui a pas permis de vivre réellement de son métier. De leur haine naît leur travail et la métamorphose de Gepetto devient le dernier rôle écrit par Robert.

 

 

Bernard Sens, Gauthier Bourgois et Alexis Goslain
Bernard Sens, Gauthier Bourgois et Alexis Goslain – Royal Festival de Spa

Une coproduction du Royal Festival de Spa

Le Royal Festival de Spa, ce sont des spectacles mais aussi une véritable démarche d’accueillir des créations et même de leur donner un coup de pouce en les coproduisant. C’est le cas pour "Acting". Ce texte de Xavier Durringer a été créé en France en 2016 avec Niels Arestrup, Kad Merad et Patrick Bosso. La création belge menée par Alexis Goslain n’a certainement rien à lui envier. Quant aux comédiens Gauthier Bourgois (Gepetto) et Bernard Sens (Robert), ils incarnent leur personnage jusqu’au bout des ongles, ils transpirent de vérité et, cerise sur le gâteau, comme l’aurait fait un Orson Welles ou un Alfred Hitchcock par des apparitions furtives dans leurs films, Alexis Goslain campe l’énigmatique Marseillais muet.

Une pièce qui a aussi permis aux spectateurs de découvrir un nouveau lieu investi par le Royal Festival : la cave du centre culturel.

Articles recommandés pour vous