Regions Liège

Royal Festival de Spa : alchimie réussie entre arts de la scène, joie des spectateurs et esprit festif

France Bastoen, merveilleuse interprète de "Girls and Boys"

© Mathieu Delcourt

Lorsqu’il est arrivé aux commandes du Festival de Théâtre de Spa, Axel de Booseré avait l’ambition d’ouvrir le festival à tous les arts de la scène. Une volonté qu’il a dû un peu mettre entre parenthèses pendant les deux années de crise sanitaire. Cette 63e édition qui vent de s’achever était donc l’occasion de donner un nouveau souffle au Royal Festival.

Opération pleinement réussie !

Le Royal Festival a envahi la ville avec de nouveaux lieux féeriques parfois comme la source de la Géronstère à la tombée de la nuit pour Poucet, intrigant comme la cave transformée en prison pour Acting ou étonnant comme la glacière.

L’ouverture circassienne des Princesses a fait briller les yeux des spectateurs, l’humour d’une Florence Mendez ou de "Paddle à Biarritz" a décrispé les zygomatiques et la magie du mentaliste Viktor Vincent a convaincu les plus sceptiques. Mais le théâtre reste l’âme fondatrice du festival et que de belles choses à découvrir cette année encore avec des spectacles qui prennent aux tripes, des comédiennes et comédiens qui jouent juste, qui abordent des thèmes de société comme la violence dans le couple de Girls and Boys par exemple.

Création et hommage

Le Royal Festival a permis de créer "Acting", une œuvre qui va maintenant sans doute partir en tournée. ET puis s’il ose la création, la diversification, le Royal Festival est aussi attaché aux fondamentaux du théâtre, aux comédiennes et comédiens qui travaillent depuis des années sur nos scènes. Revoir Jacqueline Bir sur les planches spadoises, elle qui nous avait émus notamment dans "Oscar et la Dame en rose" est un cadeau. Elle nous a pris par la main pour nous raconter sa vie, celle de son personnage, de Brunhilde Pomsel dans 'German Life', un peu comme une grand-mère se confierait à ses petits-enfants. Après plus de 200 rôles et 70 ans de carrière, cette grande dame du théâtre nous a encore touchés, émus, fait rire et surtout, fait réfléchir sur la responsabilité morale de chacun dans la société que ce soit celle de l’Allemagne d’Hitler ou même la nôtre.

Salle comble et ovation pour Jacqueline Bir
Salle comble et ovation pour Jacqueline Bir Alice Piemme

Mais ce que le Royal Festival a sans doute le plus réussi, c’est un retour en force de l’esprit même d’un festival, un esprit festif où l’on discute avec les comédiens sur la sympathique terrasse du casino, une terrasse accessible à tous, spectateurs ou non pour un verre ou de la musique, des karaokés… Bref : un Royal Festival

L'interview d'Axel de Booseré, le directeur général du Royal Festival

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous