La Grande Forme

Rupture amoureuse : il faut en moyenne trois mois pour s’en remettre !

© Getty Images

Vous ne vous y attendiez pas. Tout se passait bien entre vous. Pourtant, votre moitié a pris la décision de vous quitter. Vous êtes effondré. Une rupture amoureuse est un évènement traumatisant dont les conséquences sont généralement banalisées. Comment surmonter cette épreuve ? Plus d’explications avec le Dr Caroline.

Les ruptures amoureuses sont souvent sous estimées ou banalisées et on vous assène "un de perdu, dix de retrouvés" ! Pourtant, elles peuvent avoir des conséquences désastreuses sur notre cerveau.

Que se passe-t-il dans le cerveau de quelqu’un qui est amoureux ?

Des chercheurs ont examiné le cerveau de personnes qui se disaient profondément amoureuses. On a pu observer chez elles une baisse d’activité dans l’amygdale du cerveau. C’est la zone qui est activée lors de peurs intenses. En résumé, quand on est amoureux on est moins craintif.

Quand on est amoureux on est dans une sorte d’état d’excitation et d’euphorie permanentes.

Il y a également beaucoup de changements hormonaux. Tout le système de récompense est activé : la dopamine bien sûr, mais on sécrète aussi plus d’endorphines, d’ocytocine (l’hormone du lien) et de sérotonine (l’hormone du bien-être). "C’est pour ça que quand on est amoureux on est dans une sorte d’état d’excitation et d’euphorie permanentes" explique le Dr Caroline.

Une rupture va donc provoquer l’inverse et déclencher une source de stress intense. Tout s’effondre. La sécrétion de dopamine est remplacée par l’activation du système de stress. Une rupture met bien souvent l’organisme dans un état d’alerte permanent.

Le système nerveux parasympathique (responsable de la relaxation et du repos) ne se déclenche par ailleurs plus. "On est donc stressé et on n’a pas les moyens de récupérer, c’est double peine" ajoute le Dr Caroline. La rupture bouleverse également toutes nos habitudes, et la perspective de devoir tout recommencer augmente d’un cran l’angoisse.

Quand le manque d’amour agit comme une drogue

Les recherches ont montré que l’amour agit un peu comme de la cocaïne sur le cerveau. Une anthropologue américaine Helen Fisher a observé l’activité cérébrale de quinze personnes en plein chagrin d’amour, grâce à un scanner cérébral. Quand elle leur montrait une photo de leur ex, la zone du cerveau qui s’est activée est celle associée aux envies. C’est la même zone qui est activée dans la dépendance à la cocaïne.

"C’est comme un bug du cerveau qui n’arrive plus à digérer ce trauma"

Pour certains, la rupture est un véritable traumatisme. Heureusement, toutes les ruptures ne se valent pas en intensité et en importance. Mais dans certaines situations, la rupture pourrait presque être considérée comme un trouble de stress post-traumatique. "Le syndrome de stress post-traumatique peut se déclencher quand on vit un traumatisme qui excède nos capacités de "digestion psychique", de résilience" explique le Dr Caroline. L’événement est alors comme bloqué dans le cerveau et se rejoue en boucle, jour comme nuit (dans des cauchemars à répétition). "C’est comme un bug du cerveau qui n’arrive plus à digérer ce trauma" termine le Dr Caroline.

Comment notre cerveau réagit à une rupture amoureuse?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Une rupture peut également réactiver des épisodes douloureux du passé. Et c’est ce qui peut aggraver encore le traumatisme. Si vous avez déjà peu confiance en vous, que vous avez vécu des abandons par le passé ou que vous avez grandi dans une ambiance très insécure ou désorganisée, cette rupture peut faire l’effet d’un tsunami, même si cela ne faisait pas si longtemps que vous étiez avec la personne.

Comment guérir ce traumatisme ?

  • Le cerveau humain aurait besoin en moyenne de trois mois pour se sevrer et se remettre d’un chagrin d’amour, selon les conclusions d’une étude. La première chose à faire est donc de prendre son mal en patience.
  • Calmer son système nerveux orthosympathique et activer le parasympathique. Pour cela, la cohérence cardiaque est excellente. Les distractions sont bonnes pour la santé : par exemple, le sport et les relations sociales. S’entourer de personnes qui nous aiment, nous respectent, nous comprennent et nous soutiennent est primordial.
  • Si vous vous sentez traumatisé, avec des cauchemars, des réminiscences douloureuses, des pensées intrusives, l’EMDR peut vous être utile.
  • Si des symptômes dépressifs s’installent pendant plusieurs semaines (idées noires, insomnies, perte d’appétit) aller consulter votre médecin est indispensable. La prescription d’un antidépresseur peut être utile ainsi qu’une psychothérapie, qui pourra vous soutenir et vous permettre de comprendre pourquoi cette rupture vous a tellement fragilisé.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13 heures à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous