RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Russie : début d'un nouveau procès visant l'opposant Alexeï Navalny

15 févr. 2022 à 08:21 - mise à jour 15 févr. 2022 à 08:37Temps de lecture2 min
Par Belga

Un tribunal russe a commencé mardi l'examen d'une nouvelle affaire visant le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, déjà emprisonné depuis plus d'un an pour une affaire de fraude et qui encourt dix ans de prison supplémentaires.

Alexeï Navalny est apparu dans une salle d'audience de sa prison à une centaine de kilomètres de Moscou, vêtu de son uniforme de bagnard et les cheveux rasés, aux côtés de ses avocats et entouré de plusieurs gardes, a constaté une journaliste de l'AFP.

L'opposant a pris son épouse Ioulia Navalnaïa dans ses bras, lors d'une pause technique dès le début de l'audience à cause d'un problème de son.

Nouveau procès

Alexeï Navalny, 45 ans, a déjà été condamné à une peine de deux ans et demi de privation de liberté en février 2021 dans une affaire de fraude qu'il juge politique et montée de toutes pièces.

Le militant anti-corruption purge actuellement sa peine dans une colonie pénitentiaire à Pokrov, à 100 km à l'est de Moscou. C'est depuis cette prison que se tient le procès qui s'est ouvert mardi, une mesure exceptionnelle qui a été dénoncée par les soutiens de l'opposant.

Dans ce nouveau procès, les enquêteurs accusent Alexeï Navalny d'avoir détourné plus de 4,7 millions de dollars de dons qui ont été versés à ses organisations, des accusations passibles d'une peine maximale de 10 ans de prison.

Alexeï Navalny risque également jusqu'à six mois de prison pour outrage au tribunal au cours d'une de ses audiences l'année dernière. Les deux affaires sont jugées lors d'un même procès.

En 2020, Alexeï Navalny a passé plusieurs mois en convalescence en Allemagne après avoir survécu à un empoisonnement par un agent innervant, dont il tient le président Vladimir Poutine pour responsable.

L'ennemi juré du Kremlin

Ennemi juré du Kremlin, il a été arrêté en janvier 2021 à son retour dans son pays et condamné dans une veille affaire de fraude qu'il juge politique et fabriquée de toutes pièces. Une condamnation qui a provoqué une pluie de critiques et de nouvelles sanctions occidentales contre Moscou.

En juin 2021, les principales organisations de l'opposant, notamment son Fonds de lutte contre la corruption (FBK), ont, quant à elles, été qualifiées d'"extrémistes" par la justice, décision qui a entraîné leur fermeture et des poursuites judiciaires contre nombre de leurs militants, nombreux à être désormais en exil.

Fin janvier dernier, Alexeï Navalny a lui-même été placé sur la liste des "terroristes et extrémistes".

Sur le même sujet

Le secrétaire d'État américain se dit "inquiet des nouvelles poursuites contre Navalny", et réclame sa libération

Monde Amérique du Nord

Rencontre Scholz-Poutine sur l'Ukraine : "Voulons-nous d'une guerre? Bien sûr que non", affirme le président russe

Monde

Articles recommandés pour vous