Guerre en Ukraine

Russie et Ukraine s'accusent mutuellement du bombardement de la prison d’Olenivka

L'armée russe accuse Kiev du bombardement meurtrier d'un camp de prisonniers ukrainiens

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

29 juil. 2022 à 18:48 - mise à jour 30 juil. 2022 à 14:12Temps de lecture1 min
Par AFP, édité par Xavier Lambert

La Russie et l’Ukraine se sont mutuellement accusées vendredi du bombardement d’une prison dans un territoire séparatiste de l’est de l’Ukraine, au moment où le président ukrainien Volodymyr Zelensky supervisait un premier chargement de céréales, cruciales pour la sécurité alimentaire mondiale.

L’armée russe a fait état de 40 morts et 75 blessés dans cette frappe sur la prison d’Olenivka, tandis que les autorités séparatistes prorusses de la région de Donetsk évoquaient jusqu’à 53 morts.

Le Comité d’enquête russe a accusé les forces ukrainiennes d’avoir "tiré sur la prison où sont détenus les membres du bataillon Azov, utilisant des projectiles américains du système Himars".

Le régiment Azov s’était illustré dans la défense de Marioupol (sud-est). Après de longues semaines de siège et de résistance sur le site sidérurgique d’Azovstal, quelque 2500 combattants ukrainiens s’étaient rendus en mai à l’armée russe. Moscou avait fait savoir qu’ils seraient incarcérés à Olenivka.

"Cette provocation scandaleuse vise à effrayer les soldats ukrainiens et à les dissuader de se rendre", a assuré le ministère russe de la Défense.

Mais l’Ukraine a très vite démenti avoir visé des infrastructures civiles ou des prisonniers de guerre, assurant que l’armée "adhère pleinement aux principes et aux normes du droit international humanitaire".

Des soldats ukrainiens portent le cercueil d’un militaire du régiment Azov tué lors de l’invasion russe de l’Ukraine, à l’occasion de ses funérailles à Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, le 29 juillet 2022
Des soldats ukrainiens portent le cercueil d’un militaire du régiment Azov tué lors de l’invasion russe de l’Ukraine, à l’occasion de ses funérailles à Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, le 29 juillet 2022 Yuriy Dyachyshyn

La division Wagner ?

L’état-major ukrainien a estimé qu’il s’agissait ainsi d'"accuser l’Ukraine d’avoir commis des crimes de guerre" et de "camoufler les tortures de prisonniers et les exécutions" qui y ont été "perpétrées".

Selon le renseignement ukrainien, l’attaque "a été réalisée par des mercenaires de la division Wagner" et "n’a pas été coordonnée avec la direction" du ministère russe de la Défense, a ensuite précisé l’état-major ukrainien.

La télévision publique russe a quant à elle diffusé des images présentées comme celles de baraquements carbonisés et d’armatures de lits en métal détruits. Elle a montré des images floutées de ce qui semble être des corps humains.

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : le chef de l'ONU lance une enquête sur les explosions à la prison d'Olenivka

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine ce 30 juillet : "Il faut pendre les soldats d’Azov" ou lorsque la diplomatie russe dérape

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous