Belgique

Ryanair ferme sa base de Zaventem pour l’hiver, mais continue de desservir l’aéroport : 80 membres du personnel à relocaliser

Brussels airport : Ryanair supprime ses 2 avions

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

07 sept. 2022 à 10:12 - mise à jour 07 sept. 2022 à 13:41Temps de lecture4 min
Par Sarah Heinderyckx avec Eric Boever et Clara Weerts

Un conseil d’entreprise extraordinaire avait lieu ce mercredi matin chez Ryanair en Belgique. Et la décision est tombée : Ryanair ferme sa base de Zaventem cet hiver, dès le 29 octobre et de manière temporaire jusqu’au mois de mars. En clair, la compagnie irlandaise supprime ainsi deux avions qui étaient normalement basés à Brussels Airport pour la saison hivernale, mais d’autres avions Ryanair basés ailleurs en Europe continueront malgré tout de passer par l’aéroport. Environ 80 membres du personnel sont impactés.

Un aéroport qui n’est plus "compétitif"

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue au centre-ville de Bruxelles juste après le conseil d’entreprise, le CEO du groupe Ryanair, Michael O’Leary, a précisé que cette décision représentait une perte de 200 millions de dollars d’investissement.

Le patron de Ryanair s’en est pris directement à la hausse des tarifs aéroportuaires pratiquée par Brussels Airport qui n’encouragerait pas la reprise du trafic aérien et qui rend d’autres aéroports européens, dont celui de Charleroi, bien plus compétitifs.

Michael O’Leary s’est dit déçu de devoir annoncer la suppression des avions basés à Zaventem en pointant également du doigt la taxe mise en place par le gouvernement fédéral sur les billets d’avion (de 2 à 10 euros). "Nous n’avons pas d’autre solution suite à la hausse des prix de Zaventem et à la décision absurde du gouvernement belge d’introduire de nouvelles taxes sur des vols dont l’efficacité environnementale est optimale tout en exemptant d’écotaxe les vols les plus polluants, les long-courriers et les vols en transit", a précisé le patron de Ryanair avec son franc-parler habituel.

Jeudi dernier, il évoquait déjà dans plusieurs quotidiens son intention de "faire le nettoyage" dans notre pays où les relations sociales étaient déjà tendues avec les syndicats représentant le personnel de cabine et les pilotes.

80 membres du personnel impactés

Pour le personnel de Ryanair qui était lui aussi basé à Zaventem, cela signifie que 17 pilotes, 44 stewards et hôtesses ainsi que des ingénieurs et du personnel de soutien devront être relocalisés dans d’autres bases européennes de la compagnie irlandaise ou à Charleroi. Les syndicats ont appris que la base de Zaventem devrait rouvrir au mois de mars, mais Michael O’Leary a expliqué que cela dépendrait des futures négociations avec l’aéroport, et qu’il n’y avait donc aucune garantie.

Didier Lebbe, permanent à la CNE transports qui a assisté à la réunion ce matin, précise qu’en tout, environ 80 membres du personnel seront impactés : "Ils promettent de trouver une solution pour chacune de ces personnes. Pour les 44 [membres du personnel de] cabine, il faut savoir qu’il n’y a aucun Belge. Ils vont proposer des transferts de base sur leur réseau, donc ceux qui voudraient rentrer dans leur pays pour continuer à travailler pour Ryanair dans leur pays pourraient le faire. Pour ceux qui veulent rester à Bruxelles en attendant la réouverture du mois de mars, ils vont organiser un système de shuttle entre l’aéroport de Bruxelles et l’aéroport de Charleroi pour que le personnel qui était basé à Bruxelles puisse aller travailler à Charleroi ".

Le permanent syndical confirme que l’aéroport carolo n’est pas touché. "Charleroi n’est pas impacté du tout. Ils enlèvent à chaque fois deux avions pour l’hiver, mais c’est habituel", explique Didier Lebbe.

Les syndicats CNE et ACV Puls ignoraient totalement ce qui allait être annoncé lors de ce CE extraordinaire. La lettre de convocation parlait d’une "mise à jour importante" de la situation à Zaventem. Les pilotes avaient d’ailleurs reçu leurs horaires pour cette saison d’hiver.

Peu d’impact sur les passagers selon Brussels Airport

Si la compagnie irlandaise n’aura plus d’avion basé à Zaventem cet hiver, des vols de Ryanair continueront bien à être opérés de et vers l’aéroport par des avions et des équipes basés ailleurs qu’en Belgique. C’était déjà le cas d’environ 60% des vols quotidiens de la compagnie passant par Brussels Airport cet été. Ce sont ainsi 12 routes passant par Zaventem qui resteront en activité cet hiver.

L’aéroport de Zaventem qui a réagi dans un communiqué cet après-midi estime d’ailleurs que cette décision n’aura que peu d’impact sur les voyageurs. "Actuellement, Ryanair représente 8% du trafic passager total à Brussels Airport. Ryanair assure quelque 30 vols par jour, dont 10 sont des vols avec un équipage stationné en Belgique", précise l’aéroport.

Ce sont ces 10 vols, en fait 5 rotations vers 5 destinations qui ne seront donc plus assurées dès le 29 octobre. Seuls Pise et Amman ne sont pas desservis par d’autres compagnies aériennes, mais Brussels Airport s’attend à ce que d’autres proposent leurs services sur ces destinations.

L’aéroport précise enfin que ses nouveaux tarifs aéroportuaires sont actuellement analysés par le régulateur économique et ne seraient valables qu’à partir d’avril 2023 jusqu’en 2027. "Cette proposition comprend une augmentation des tarifs pour tenir compte de la forte augmentation des prix de l’énergie et d’une inflation très élevée qui impacte fortement le coût des opérations aéroportuaires", justifie Brussels Airport.

Premiers vols annulés… Et remboursés

Visiblement, à peine la décision prise, les premiers passagers ont déjà été alertés de l’annulation de leurs vols. Une voyageuse a ainsi contacté la RTBF pour préciser que son vol Amman-Bruxelles prévu le 4 novembre prochain venait d’être annulé, mais elle a pu rapidement obtenir un remboursement.

"J’ai été assez étonnée, nous confie-t-elle, mais le service clientèle via le chat de Ryanair a été très réactif. Mon vol aller du 22 octobre qui faisait l’objet d’une autre réservation n’a pas été annulé, mais j’ai pu obtenir un remboursement des deux vols sans problème".

Si vous êtes également concernés par une annulation, n’hésitez donc pas à vous renseigner auprès de la compagnie.

Sur le même sujet

Ryanair : le personnel basé en Belgique menace d’actions lors des fêtes de fin d’année

Economie

Est-ce la fin des billets d’avion à bas prix ?

Déclic

Articles recommandés pour vous