Icône représentant un article audio.

La Première

Saint-Job, une nature très rebelle

Ici, c'est Saint-Job

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

En 1972, la RTB, comme on disait encore à l’époque, a consacré un documentaire aux combats des habitants de Saint-Job. Le quartier s’était mobilisé pour sauver le plateau Avijl, un espace vert de 8 hectares, en haut de la Montagne de Saint-Job. Un espace vert sauvage et rebelle, un peu comme les habitants du quartier. Car il ne faut pas s’y tromper : même si Uccle a la réputation d’être une commune bourgeoise, les Saint-Jobois, descendants d’ouvriers et d’artisans, ont toujours été du genre remuant. Ils ont gagné le combat de 1972. Plus de trente ans après, quand il a fallu à nouveau se mobiliser pour à nouveau sauver le plateau Avijl, les Saint-Jobois se sont à nouveau mobilisés et ont à nouveau eu gain de cause.

Mais entretemps, la population avait un peu changé. Les descendants d’artisans, les personnes qui avaient acheté ici parce que les maisons n’étaient pas chères et que personne d’autre n’en voulait, ont eu de nouveaux voisins, un peu bourgeois bohème, aux moyens nettement plus importants. Les prix des maisons ont attrapé le tournis...

Le goulbour-quinoa aura-t-il raison du combo pils-cacahuètes ? C’est la question que pose ce deuxième épisode du podcast en immersion Ici, c’est Saint-Job.

► Découvrez tous les épisodes du podcast Ici, c’est Saint-Job sur Auvio.

Inscrivez-vous à la newsletter LaPremière!

Info, culture et impertinence au menu de la newsletter de La Première envoyée chaque vendredi matin.

Articles recommandés pour vous