RTBFPasser au contenu
Rechercher

C'est vous qui le dites

Salwa, à propos du port du voile à la Stib : "je porte le voile et même si on n’est pas d’accord avec moi, j’aimerais qu’on me respecte"

Des syndicats demandent à la Stib d’incorporer le voile à l’uniforme des agents. La Stib, qui a été condamnée pour discrimination fondée sur les convictions religieuses et le genre, a annoncé qu’elle ne fera pas appel de la décision du tribunal du travail, mais il est encore possible que la Région introduise un recours. En parallèle, le journal Le Soir annonce ce matin que des syndicats voudraient voir évoluer le règlement de travail qui permettrait d’incorporer le voile à l’uniforme en proposant un couvre-chef adapté qui serait moins connoté religieusement qu’un foulard traditionnel.

Les uniformes doivent comprendre un équivalent du voile ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

Tous droits réservés

"Elles ne demandent qu’à être intégrées dans la société"

Salwa, une auditrice originaire de Bruxelles, est intervenue à ce sujet sur notre antenne : " Ces femmes existent dans la société et ne demandent qu’à être intégrées pleinement. Je pense qu’intégrer un équivalent au voile dans l’uniforme peut être une option pour qu’elles puissent s’intégrer et s’épanouir dans leur vie professionnelle."

Je suis tout à fait favorable à une adaptation du voile dans l’uniforme

"Je ne crois pas que ça peut provoquer des violences pour la simple raison que chacun est libre de faire ce qu’il veut. Nous sommes dans une société où on peut ne pas être d’accord, mais où on peut aussi avoir du respect pour l’autre. Le vivre-ensemble, c’est inclure et respecter la diversité dans notre société complexe. Les femmes qui portent le voile font de toute façon partie du paysage : en sortant dans la rue, vous allez en trouver quelques-unes donc je ne vois pas en quoi ça peut être choquant dans un service public. Personnellement, je porte le voile et j’aimerais m’épanouir et m’intégrer dans la société dans laquelle je vis. J’aimerais, même si on n’est pas d’accord avec moi, qu’on me respecte."

LAURIE DIEFFEMBACQ – BELGA

"On doit s’en tenir à la laïcité"

À Liège, Colette ne partage pas cet avis : "Si on autorise le voile à la Stib, alors il faudra reprendre les signes de toutes les religions et les accepter dans les services publics. C’est ce qu’ils font en Angleterre, mais personnellement je crois que c’est impossible à appliquer chez nous, il risque d’y avoir trop de rejet vis-à-vis des signes religieux. Imaginez que des personnes de convictions différentes se confrontent dans un espace public, que va-t-il se passer ? Cela pourrait se finir par de la violence ou des insultes. Malheureusement, le vivre ensemble n’est pas possible chez nous, on doit s’en tenir à la laïcité : aucun signe distinctif, ni croix, ni kippa, rien. "

NICOLAS MAETERLINCK – BELGA

"Pas correct vis-à-vis de la population belge"

Catherine clôture le débat depuis Sint-Pieters-Leeuw, dans la province du Brabant flamand : "Je suis contre pour la bonne raison que si vraiment, ces femmes voulaient suivre leur religion, ce n’est pas juste le voile qui ferait l’affaire. Elles ne devraient alors ni porter de maquillage, ni posséder de smartphone, mais tout cela, aucune ne s’en prive. Alors pourquoi nous infliger cela ? Je ne trouve pas cela correct vis-à-vis de la population belge. Si chacun commence à imposer ses symboles religieux, je ne sais pas vers quelle société nous allons."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Sur le même sujet

Une travailleuse du sexe non payée, est-ce une travailleuse du sexe violée ?

C'est vous qui le dites

Honoré, à propos des chiffres du Covid au vert : "on verra dans 4 mois"

C'est vous qui le dites

Articles recommandés pour vous