RTBFPasser au contenu
Rechercher

Journal du classique

Saviez-vous qu’avant la série, le roman The Handmaid’s Tale a inspiré un opéra ?

Depuis 2017, il est impossible de passer à côté du phénomène The Handmaid’s Tale, suite au succès retentissant de la série adaptée du roman éponyme de Margaret Atwood. Mais saviez-vous qu’avant la série, le roman avait inspiré un film mais aussi un opéra et un ballet ?

The Hanmaid’s Tale est un roman d’anticipation de Margaret Atwood, qui nous plonge dans un futur dystopique où la "République de Gilead", un régime totalitaire extrêmement codifié et régie par la religion, a remplacé l’ancien fonctionnement des Etats-Unis. Dans la république de Gilead, les moindres faits et gestes de la population sont surveillés, et chaque membre de la population est catégorisé et a un rôle particulier dans la société.

Dans cette société, où le taux de fertilité a considérablement chuté à cause de la pollution, les femmes n’ont plus aucun droit. Elles sont réparties en différentes catégories, les Epouses des hauts dignitaires du gouvernement, les Martha, les femmes de maison, les Jézabel, les prostituées, les Tantes, qui endoctrinent et préparent les Servantes à leur futur rôle essentiel dans la société. Car les Servantes sont les seules femmes encore fertiles. Leur don de donner la vie est mis au service des puissants, afin qu’ils puissent avoir l’enfant qu’ils ne peuvent pas avoir avec leur propre femme.

Cette histoire est le fruit de l’imagination de l’autrice Margaret Atwood, qui publie La Servante écarlate en 1985. Quinze ans plus tard, en 2000, ce roman inspire un opéra au compositeur danois Poul Ruders, créé au Roayl Danish Theater. Très fidèle au roman, l’opéra de Ruders se base sur un livret écrit par l’acteur britannique Paul Bentley.

L’opéra a rencontré un vif succès et a ensuite été repris dans de nombreux opéras. Et cette année, à l’English National Opera, l’opéra de Ruders retentit à nouveau, dans une nouvelle mise en scène de Annilese Miskimmon, une production portée par une équipe entièrement féminine.

C’est la mezzo-soprano américaine Kate Lindsey qui a eu la lourde tâche d’incarner le rôle principal d’Offred. Le récit se centre sur le quotidien de cette Servante, qui nous raconte ce qu’est la vie dans Gilead, tout en se remémorant sa vie d’avant, son mari, sa fille, ses amis, son métier… Kate Lindsey, qui n’a jamais vu la série, a découvert l’univers du roman d’Atwood à travers la partition de Ruders. Elle a ensuite lu le roman afin d’entrer en profondeur dans les détails de son personnage. Elle n’a par contre pas voulu regarder la série à succès d’Hulu : "Je voulais pouvoir lire le livre et imaginer le monde directement à partir du matériel source. Il faut dire que l’opéra est extrêmement fidèle au roman", explique Lindsey à nos collègues de Classic Fm.

Avec cette nouvelle production, l’English National Opera s’attend à attirer un nouveau public, curieux de découvrir une nouvelle facette de l’histoire qu’il a connue à travers le petit écran. Ainsi, comme le révèle Classic FM, 29% des réservations ont été faites par des spectateurs de moins de 35 ans. Par ailleurs, pour 40% du public ayant assisté à l’opéra, c’était une première expérience à l’opéra.

Loading...

Sur le même sujet

Série : La méthode Kominsky, une ode aux vieux pleine d'humour

Tendances Première

"Lyrik", le nouveau magazine papier et numérique qui vous plonge dans l’univers de l’opéra

Journal du classique

Articles recommandés pour vous