Icône représentant un article video.

Belgique

Scandale au Parlement wallon : "Le contrôle interne et externe fait totalement défaut" explique Aurélie Tibbaut, politologue à l’ULB

L’ensemble du bureau politique du Parlement wallon démissionne. Une décision qui semblait difficile à prendre. Il faut dire que personne ne reconnaît une faute. Pourtant sur le plateau de QR, Aurélie Tibbaut, politologue à l’ULB parle bien d’une responsabilité collective. "Le bureau a délégué son pouvoir en matière administrative et financière au greffier mais quand on délègue son pouvoir, on doit en assurer le contrôle. Outre les questions financières, les dénonciations pour harcèlement auraient dû faire réagir le bureau du Parlement wallon".

Pour Aurélie Tibbaut, il est très préoccupant de constater que le contrôle interne et externe a fait totalement défaut dans cette affaire : "Le principal problème, c’est le manque de contrôle interne. Le dispositif qui permet de contrôler le risque de dérive fait défaut. Il faut constater aussi l’absence de représentant de l’opposition au sein de ce bureau. Enfin, il n’y a aucun vrai contrôle par un organisme externe comme c’est le cas par exemple au Parlement bruxellois".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous