Regions

Schaerbeek : les Monuments et Sites disent "non" aux aménagements de plusieurs stations du futur métro 3

Au pied de l’hôtel communal de la place Colignon, l’entrée et les ascenseurs du futur métro.

© Beliris

La Commission royale des Monuments et Sites (CRMS) a remis son avis dans le cadre de l’enquête publique en cours autour de l’extension de la future ligne de métro 3 entre la Gare du Nord et Bordet à Haren.

Une extension qui passera par Schaerbeek et Evere et dont plusieurs des sept nouvelles stations et aménagements programmés ne sont pas du goût de l’organe de conseil du gouvernement régional en matière de patrimoine. La commission ne s’intéresse pas aux objectifs du projet en termes de mobilité mais à ses impacts en matière de patrimoine. Le maître d’ouvrage du projet, on le rappelle, est Beliris, l’accord de coopération Etat-fédéral-Région bruxelloise avec la Région bruxelloise et la STIB.

Loading...
  • La place Colignon, à Schaerbeek

L’avis n’est pas tendre avec les aménagements en surface de plusieurs des stations du futur métro, à commencer par celle de la place Colignon, à Schaerbeek, au pied du prestigieux hôtel communal plus que centenaire et classé. "Eu égard à la haute valeur patrimoniale de l’hôtel de ville et du contexte urbanistique du quartier, la CRMS rend un avis défavorable sur le projet d’aménagement de surface", écrit la CRMS dans son avis.

"Le projet d’aménagement de surface de la station Colignon devrait être entièrement revu de façon à profiter des travaux pour mettre en valeur l’édifice classé et ses abords immédiats. A cette fin, la CRMS invite le demandeur à confier la réalisation d’une étude patrimoniale, historique et paysagère à un auteur de projet qualifié en la matière. Une telle étude devrait permettre de mieux fonder les choix à opérer compte tenu des principes de composition ayant prévalu à la construction de l’hôtel communal et aux perspectives qui y débouchent."

La commission se permet quelques recommandations, comme revoir l’implantation des entrées de métro et des ascenseurs pour les éloigner du perron de l’hôtel communal. Ou encore "limiter au strict nécessaire, désigner et disposer le plus discrètement possible sur la place la signalétique urbaine, et celle de la STIB, pour limiter leur impact sur l’édifice classé, la place et les
maisons remarquables des abords
."

Autre demande : "Réduire le caractère trop minéral de la place et revoir le projet de plantations en conséquence tout en renonçant aux arbres à hautes tiges qui entravent la lisibilité des façades de l’hôtel de ville et celles des maisons situées sur le parvis avant".

La future station de la place Colignon.
La future station de la place Colignon.
La future station de la place Colignon.
  • La place Verboekhoven (Cage aux Ours)

Si la station Verboekhoven verra le jour rue Waelhem, la CRMS est surtout critique quant à la pertinence d’une autre entrée à partir du boulevard Lambermont, permettant un lien avec la ligne de tram 7.

Les plans prévoient "l’aménagement d’une des entrées principales de la station à hauteur (à travers)" les numéros 115 et 117 du boulevard Lambermont. Une entrée technique est prévue dans la rue Léopold Courouble, 24-26. Plusieurs annexes seraient démolies en intérieur d’îlot au profit de la station".

Inimaginable pour la CRMS. D’abord, selon la commission, "le projet d’un accès dans des immeubles tels que les 115 et 117 est sous-proportionné eu égard au flux de voyageurs probables. Ni l’enfilade ni l’alignement ni la voirie historique du boulevard Lambermont ne se prêtent à accueillir une telle fonction et les aménagements qui l’accompagneront. Le boulevard se caractérise en effet à cet endroit par un très bel (et long) ensemble architectural formé de maisons particulières qui figurent à l’inventaire du patrimoine. La Commission sollicite que les n° 115 et 117 (et celui des autres immeubles à cette hauteur du boulevard) soient épargnés d’une destruction (partielle mais très importante) pour réaliser un accès au métro."

A la place, la commission "demande d’étudier une alternative pour le placement de l’entrée ailleurs dans le quartier, par exemple à la place de l’accès technique prévu dans la rue Courouble, en rapprochant, dans ce cas, l’arrêt STIB Demolder".

L’impact en intérieur d’îlot est également sous-estimé indique l’avis. Impact négatif avec des nuisances visuelles et sonores "contraires à la volonté des Monuments et Sites et de la Région bruxelloise en général d’aérer et valoriser les intérieurs d’îlots".

La future station Verboekhoven.
La future station Verboekhoven, sur la rue Waelhem.
  • Le square Riga

Le square Riga, pas classé mais compris dans la zone de protection de l’avenue Huart Hamoir accueillera également une station de métro, au pied de l’église Sainte-Famille. "Le projet Métro 3 attache une grande importance à la préservation d’une vue dégagée sur l’église de la Sainte-Famille et l’avenue Huart Hamoir. Pour atteindre cet objectif, les deux accès métro ont été intégrés dans la partie centrale du square Riga, à l’extérieur de l’espace verdoyant", indique Beliris.

Il n’empêche, pour la CRMS, les plans restent insatisfaisants. "La CRMS reste fermement défavorable à la proposition […]. Elle réitère une fois encore sa demande de limiter le principe du 'cut & cover' à la partie centrale". Sans entrer dans le détail, le "cut & cover" est une technique de creusement de tunnel. Sauf qu’ici, selon la CRMS, elle va impliquer le déplacement ou l’abattage remarquables.

"La CRMS ne croit pas à la faisabilité du déplacement des arbres et aux chances de leur reprise/survie", peut-on lire dans l’avis.

En 2018, le gouvernement bruxellois avait annoncé que le square Riga bénéficierait de mesures de protection qui conditionneront la délivrance du permis d’urbanisme requis pour le projet d’extension du réseau ferré souterrain. Cette décision a conduit à une modification du permis, qui ne semble toujours pas satisfaire la CRMS.

La future station Riga.
La future station Riga.
La future station de métro Riga.
  • La place Liedts

A Schaerbeek toujours, une station sera creusée sous la place Liedts, avant que le métro ne se dirige vers Colignon, Verboekhoven puis Riga. La place Liedts fait partie du tracé dit royal, entre le palais de Bruxelles et le château de Laeken.

Le CRMS n’émet pas d’avis défavorable mais demande de revoir l’aménagement de surface en tenant compte d’une série de remarques. Comme : diminuer l’impact visuel (et volumétrique) des deux édicules d’entrées dans la future station. La CRMS voudrait ainsi qu’ascenseurs, abris des arrêts de surface, grilles de désenfumage soient regroupés au même endroit. Ou encore recourir à la pierre bleue pour le pavage comme c’est le cas sur l’ensemble du tracé royal.

Autre remarque de la CRMS avant de creuser dans le sol : "Documenter le bunker présent sous la place datant probablement de l’immédiat avant-guerre et voué à disparaître…"

La commission voudrait également "détailler le réalisme du projet concernant les sorties prévues dans deux immeubles dont un repris à l’inventaire" du patrimoine. Il s’agit de l’angle rue de Brabant 191 et rue de Potter 47. "Bien que le projet indique qu’il n’y aura pas de transformation de façade, ce type d’aménagement suppose une intervention forte et la présence d’une signalétique spécifique. La CRMS est défavorable à ce type d’intervention dans un bien repris à l’inventaire ou dans des immeubles d’angle (très visibles) et/ou relativement préservés jusqu’à présent. La CRMS recommande de prévoir cela dans d’autres immeubles moins visibles et de moindre qualité patrimoniale."

La future station de métro Liedts.
La future station de métro Liedts.

Est-ce que toutes ces remarques sont contraignantes ? S’imposeront-elles au maître d’ouvrage après la commission de concertation programmée le 21 avril prochain ?

Cédric Bossut, directeur de Beliris, précise : "Il ne s’agit pas d’un avis conforme, c’est-à-dire qu’il n’est pas contraignant. C’est le fonctionnaire délégué de la Région bruxelloise, sur base de l’ensemble des avis émis, qui va prendre une décision" et donc attribuer ou pas le permis.

L’aménagement des espaces publics est améliorable

"Mais évidemment, cet avis de la CRMS arrive jusqu’aux oreilles de Beliris. De manière générale, nous sommes bien conscients que l’aménagement des espaces publics aux abords des stations de métro est améliorable. Nous l’avions dit dès le dépôt de la demande de permis d’urbanisme. Il y a un engagement de Beliris, la STIB et la Région bruxelloise pour introduire des permis modificatifs et complémentaires à l’horizon 2027, qui seraient développés par des bureaux d’études, sur base d’une feuille blanche, à l’exception des entrées des stations. Le but : développer en participation avec les riverains, les communes, la CRMS et l’ensemble des partenaires des propositions qui répondent aux besoins de tout le monde. On sait que les besoins de 2022 ne seront plus les mêmes en 2027 en termes d’aménagements d’espaces publics."

Ce qui est donc repris dans l’enquête publique actuelle, ajoute Cédric Bossut, est "une proposition qui améliore l’espace public mais qui n’est pas optimale. Elle a juste pour objectif de démontrer que l’on sait intégrer des stations de métro dans l’espace public."

Des remarques qui se heurtent à d’autres logiques

Beliris reste ouvert à des améliorations et modifications de plans. Mais il y a des impondérables. Exemple place Colignon. Déplacer les entrées et les ascenseurs devient délicat d’un point de vue technique.

"Nous avons déjà déplacé les entrées pour qu’elles ne soient plus dans la perspective centrale de l’axe Sainte-Marie et hôtel communal, qui a été préservée. Nous prenons acte des remarques négatives de la commission. Mais ces remarques se heurtent à une autre logique, celle de la longueur des circulations souterraines que nous aurons en sous-sol. Plus les couloirs sont longs pour les usagers, moins c’est bon pour lui. C’est un équilibre à trouver entre le patrimoine, la longueur des couloirs, le confort des usagers, la facilité d’exploitation…"

Même réaction sur l’entrée vers la station Verboekhoven au travers des deux maisons du boulevard Lambermont. L’étude d’incidences préalable à la demande de permis indiquait, rappelle le directeur de Beliris, que passer par une seule maison serait inadapté en ce qui concerne le flux-voyageurs et son importance. "Nous avons eu une concertation avec la direction des Monuments et Sites sur la façon de réaménager au mieux le 115-117 du boulevard Lambermont, sans complètement détruire la maison."

Ajoutons : des associations comme l’Arau et Inter-Environnement demandent que la durée de l’enquête publique qui se termine ce 5 avril soit prolongée afin que les riverains potentiellement impactés par le chantier puissent avoir le temps de consulter 7000 documents de la demande de permis. Ils sont rejoints par la députée régionale Isabelle Pauthier qui a formulé la même demande ces derniers jours au Parlement bruxellois, indiquant qu’une prolongation jusqu’à l’été prochain serait souhaitable.

Cette demande devrait-elle rencontrée par la Région bruxelloise et le secrétaire d'Etat à l’Urbanisme Pascal Smet (One. brussels-Vooruit) ? Réponse peut-être ce lundi.

La commission de concertation est programmée pour le 21 avril.

La ligne de métro 3 vers Bordet doit entrer en service en 2031.

Métro Toots Thielemans / Fermeture par l auditorat du travail

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Bruxelles : retard et coûts supplémentaires pour la future ligne de métro 3

Regions

Métro Nord-Sud à Bruxelles : l’ARAU et Inter-Environnement Bruxelles demandent de prolonger l’enquête publique

Regions

Articles recommandés pour vous