RTBFPasser au contenu
Rechercher

Week-end Première

Science : des scientifiques ont créé un mucus artificiel pour nous protéger des microbes

30 avr. 2021 à 05:27 - mise à jour 30 avr. 2021 à 05:27Temps de lecture1 min
Par Christian Rousseau

Le mucus, nous en disposons tous. C'est un liquide gélatineux que l'on retrouve un peu partout dans le corps humain. Il nous protège contre les agressions bactériennes. Il sera bientôt possible d'en créer artificiellement pour nous protéger d'éventuelles maladies. Les explications de Pasquale Nardone.

Le mucus, quoi c’est ?

Le mucus, c’est un liquide gélatineux qui est l’interface entre nous et le monde extérieur. On en trouve partout dans le corps humain. Au niveau de la muqueuse nasale mais aussi des yeux ou encore au niveau de l'intestin.

Rien qu'en ce qui concerne la muqueuse nasale, nous en produisons un à deux litres par jour. Et c'est bien nécessaire, chaque jour, nous inspirons plusieurs litres d'air chargé de différentes substance et bactéries.

Le mucus, de par sa structure, permet d'arrêter beaucoup de ces bactéries et nous évite ainsi beaucoup de problèmes de santé.

Loading...

Le mucus, cet incompris

Des chercheurs du MIT, on voulait essayer de créer du mucus artificiel. Cela dit, la tâche n'est pas simple.

Ce liquide comporte une protéine que l'on appelle la mucine. Elle est très particulière parce qu'elle a la forme d'une brosse.

A ce stade, on n'a pas une connaissance approfondie de cette molécule. On sait qu'elle ne tuerait pas les bactéries qui agressent. Elle les bloquerait, les empêchant ainsi de s'accrocher aux cellules.

Nos connaissances très parcellaires la rende très difficile à synthétiser.

Créer du mucus artificiellement, pas si simple

Les chercheurs du MIT y sont arrivés. Ils ont réussi à synthétiser une molécule qui a la même structure spatiale et la même "forme".

Ils en ont fait un liquide qu’ils ont testé sur la bactérie du choléra. Les résultats sont plutôt prometteurs. Ils ont pu mettre en évidence que cette molécule arrêtait les toxines du choléra.

Ils vont maintenant tenter de créer cette molécule en plus grande quantité. A terme, cette avancée pourrait permettre de mieux protéger la peau, les yeux. 

Articles recommandés pour vous