Regions Hainaut

Se porter candidat pour accueillir des Ukrainiens: comment ça se passe, concrètement?

Dominique Bouilliez se propose d'accueillir au moins 4 personnes dans sa maison

© Mathieu Van Winckel

La solidarité s'organise, en Belgique. De nombreuses propositions d'hébergement ont déjà été transmises. Comment s'y prendre, si l'envie vous titille? La Région Wallonne vient de mettre en place un site internet didactique, destiné à tous ceux qui souhaitent accueillir des réfugiés Ukrainiens. Nous avons rencontré des candidats, dans la région de Charleroi.

Les enfants sont grands et vivent leur vie. La maison est devenue bien silencieuse. Chez Dominique Bouilliez, à Ham-sur-Heure/Nalinnes, on a décidé de se proposer comme "hébergeur". Deux chambres sont disponibles. L'une d'entre elles est déjà équipée d'un lit bébé. "La chambre des parents est située juste à côté. C'est facile. Et ils sont séparés un peu du reste de la maison". 
Cette famille s'est inscrite en ligne, via la nouvelle plateforme wallonne. "Voyez nous sommes ici", nous montre Dominique. Sa maison apparaît bien sur la carte. "C'est extrêmement facile de s'inscrire. On doit juste cliquer au bon endroit, répondre aux questions sur l'adresse, le nombre de chambres, la présence de matériel de puériculture par exemple". 

Ils se sont inscrits en ligne et ont été recontactés
Ils se sont inscrits en ligne et ont été recontactés © Tous droits réservés

Des durées type d'hébergement sont également proposées. "Un mois, un à trois mois, trois à six mois, indéterminé..." Il est possible de revenir sur un des critères, après réflexion. "Si on n'accepte pas les animaux par exemple, et qu'on change d'avis par après. C'est très simple, vraiment".  

Dominique n'a pas encore de contact avec des familles ukrainiennes. Il attend un retour, suite à sa candidature. Cela peut prendre un certain temps.  

Vincent Scheuer
Vincent Scheuer © Tous droits réservés

A Jumet, Vincent Scheuer s'est lui aussi proposé pour accueillir des réfugiés. Lui s'est adressé à la commune. "J'avais entendu à la radio qu'on pouvait s'adresser à la ville de Charleroi. J'ai rempli un formulaire en ligne. Puis on m'a recontacté, par téléphone, pour avoir plus de détails sur la maison, sur nous, sur les langues que nous parlions, si nous avions une salle de bain à disposition...J'ai signalé que nous avions un accès à internet et que j'allais essayer de remettre une parabole, pour qu'ils puissent avoir la télévision de par là

Les autorités locales vont rester un intermédiaire entre les familles d'accueil et les Ukrainiens. Pas question de les voir débarquer par surprise, ni même d'envoyer des réfugiés chez n'importe qui sans vérification.    

© Tous droits réservés

Articles recommandés pour vous