Regions Liège

Sécheresse : à Hamoir, depuis début juillet, plus aucun kayak n’a été mis à l’eau

Des kayaks cloués au sol cet été, emportés par les flots l’été dernier

© Geoffrey Meuli

Il fait beau depuis des semaines, des mois, les touristes ont envie de fraîcheur, de balades en kayak par exemple. Pourtant ce n’est plus possible. Les niveaux d’eau sont trop bas. Ces épisodes de fermeture des rivières aux kayaks notamment se répètent de plus en plus fréquemment. Pour les opérateurs touristiques, il faut se réinventer.

A Hamoir, Outsiders Activity qui gère les kayaks "Les remous" n’a pas sorti un kayak depuis le début juillet : " On a ouvert, comme chaque année, pour les vacances de Pâques, donc en avril, mais il a fait froid, puis on a eu de beaux mois de mai et juin et beaucoup de monde mais le 3 juillet, c’était fini", explique Steven Van Erps, l’administrateur délégué de la société, "il nous faut un débit minimal de 3 m³seconde pour pouvoir naviguer. Aujourd’hui, sur l’Ourthe, on est à 1,5 m³ seconde. Il va vraiment falloir qu’il pleuve beaucoup pour penser à rouvrir mais, bon, en Belgique, on ne sait jamais !"

Une perte de 98 kayaks lors des inondations de 2021

Pour les Remous, une année n’est pas l’autre. L’entreprise avait perdu 98 kayaks, un camion, un bus et vu ses locaux d’accueil ravagés par les inondations de juillet 2021. Une perte sèche car jusqu’à présent le fonds des calamités n’a versé aucune indemnité pour ce qui est du matériel ou des installations extérieures.

Ces changements climatiques poussent les opérateurs touristiques comme d’autres à réfléchir, à repenser aussi leurs activités : " pour les familles, nous proposons Adrénaline à Comblain la Tour, c’est de l’accrobranche accompagné par un moniteur dès 8 ans ou encore de la spéléologie là aussi dès 8 ans. Pour les groupes, il y a l’escalade, le VTT ou encore les laser battles"

Steven Van Erps participe régulièrement aux réunions des acteurs des contrats de rivières : " on réfléchit à des solutions. Il y a le barrage de Nisramont mais aussi des plus petits barrages qui ont encore du potentiel, qui pourraient retenir plus d’eau l’hiver pour mieux lâcher en été. Ce serait profitable à tous kayakistes, pêcheurs, etc."

En attendant même si le patron des Remous reste optimiste, la réouverture cet été semble très peu probable.

 

Sur le même thème : Extrait JT (24/07/2022)

Sur le même sujet

Sécheresse aux Pays-Bas : des substances inconnues dans la Meuse menacent la distribution d’eau potable

Monde

Articles recommandés pour vous