Regions Hainaut

Sécheresse : les agriculteurs sont-ils dédommagés en cas de dégâts aux cultures ?

Dans chaque commune, les agriculteurs ont la possibilité de déclarer les dégâts aux cultures.

© © Getty Images

La sécheresse que nous connaissons cet été n’est évidemment pas sans conséquence dans les champs. Beaucoup d’agriculteurs doivent faire face à des baisses de rendement. Le maïs, les pommes de terre ou encore les prairies destinées au bétail : nombreuses sont les cultures à souffrir de l’absence de pluie.

En cette fin de mois d’août, les agriculteurs effectuent donc des démarches administratives pour faire constater les dégâts. Dans chaque commune, ils peuvent rentrer un dossier auprès des experts de la commission communale de constat des dégâts aux cultures. Des commissions qui ont pas mal de boulot ces dernières années.

Les agriculteurs déclarent leurs dégâts à Tournai

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Agriculteur à Mourcourt près de Tournai, Simon Lefebvre est venu faire les comptes parcelle par parcelle devant commission en cette fin de mois d’août. " Il y a des dégâts dans les prairies permanentes et dans le maïs ensilage, précise-t-il. C’est une année compliquée, mais il y en a eu beaucoup des années compliquées ces derniers temps. "

Pour tous les agriculteurs qui défilent devant la commission, faire constater les dégâts aux cultures est en effet presque devenu une habitude. " Quand j’ai repris la ferme il y a 10 ans, on ne venait jamais, reprend Simon. Mais depuis 5 ans, c’est automatique chaque année. "

" Avant, cette commission se réunissait une fois tous les 4 ou 5 ans. Mais ces cinq dernières années, nous nous sommes réunis tous les ans. C’est vraiment beaucoup "

Avec les étés chauds et secs mais aussi les inondations de 2021, la fréquence des dégâts aux cultures a augmenté. " Avant, cette commission se réunissait une fois tous les 4 ou 5 ans, confirme Christian Ducatillon, expert agricole au sein de plusieurs commissions communales de constat des dégâts aux cultures en Wallonie picarde. Mais ces cinq dernières années, nous nous sommes réunis tous les ans. C’est vraiment beaucoup ".

Dans la commune très rurale de Tournai, le nombre de parcelles concernées par les dégâts a aussi augmenté, ajoute Caroline Mitri (Ecolo), l’échevine de l’Agriculture qui siège au sein de la commission communale de constat des dégâts aux cultures.

" C’était moins d’une centaine par an avant 2016. Après cette date, on est passé à plusieurs centaines. Une année, on a même atteint plus de mille parcelles. On voit que ça touche de plus en plus tout le territoire de la commune. Malheureusement, c’est pareil ailleurs. C’est un signe que les conditions climatiques impactent notre agriculture."

Quelle compensation pour les agriculteurs ?

Lorsqu’ils viennent déclarer leurs pertes, les agriculteurs sont invités à livrer une estimation des dégâts. C’est ensuite aux experts de la commission de faire les vérifications sur le terrain ou via les bons de pesée. Si la perte est confirmée, le fermier qui a subi des dégâts pourra le notifier dans sa déclaration fiscale. Il sera alors moins taxé sur les parcelles concernées. " Ça ne compense pas nos pertes. Mais c’est toujours ça. Si on ne fait pas de déclaration de dégâts, on n’a rien ", nous explique Julie Castrique, agricultrice près de Tournai.

Une compensation financière n’est par contre pas automatique. Pour qu’un agriculteur reçoive de l’argent en cas de dégâts aux cultures, il faut que la sécheresse (ou un autre phénomène climatique) soit suffisamment intense pour être considérée comme calamité agricole par la Wallonie.

Sur le même sujet

Sécheresse en Wallonie : les impacts se feront ressentir certainement jusqu'à la fin de l'année, annonce le SPW

Belgique

Sécheresse : où en sont nos réserves d’eau ? Quatre questions à un hydrogéologue

Regions Hainaut

Articles recommandés pour vous