Sécurité : Dormir sauve des vies

sécurité
16 avr. 2020 à 11:45Temps de lecture2 min
Par Olivier Quisquater

En février, vous avez peut-être remarqué cette campagne de prévention wallonne qui vous encourageait à ne pas négliger votre sommeil, et plus particulièrement en n’exagérant pas avec les séries. Voilà pourquoi le message affiché le long des routes vous encourageait à ne pas rester trop longtemps sur des écrans avant d’aller dormir. Selon une étude européenne, le Belge passe pourtant en moyenne près de 3 heures chaque jour devant des écrans en dehors du temps de travail, ce qui le classe en 2e position parmi 18 pays, juste derrière la Grèce.

38,3% des Belges déclarent ainsi regarder parfois 3 épisodes ou plus d’une série TV à la suite. Ces habitudes liées aux ''écrans'' ne sont pas sans conséquence sur le sommeil. Quand vient l’heure d’aller dormir, beaucoup ont en effet du mal à se déconnecter et retardent l’heure du coucher. On appelle ça du ''Binge Watching'', autrement dit, c’est-à-dire une addiction aux séries. Mais pour d’autres, ce sont tout simplement les réseaux sociaux qu’ils ne peuvent quitter.

Résultat ? Comme le souligne l’Agence Wallonne pour la Sécurité Routière, entre 2008 et 2018, le pourcentage de Wallons disant souffrir de fatigue chronique a fortement augmenté, pour passer de 4,8 à 8,7% de la population. Près d’un Wallon sur trois déclare aussi présenter des troubles du sommeil, notamment des difficultés d’endormissement.

Cette dette de sommeil va nous rendre somnolents dans la journée lors d’activités monotones, comme la conduite d’un véhicule. Un conducteur ayant dormi 5 heures en moyenne par nuit pendant plusieurs jours consécutifs risque 6 fois plus d’avoir un accident qu’un conducteur qui a dormi 8 heures en moyenne, soit un ''sur'' risque équivalent à celui d’une personne qui roulerait avec plus de 1 g/l d’alcool dans le sang.

Les statistiques le prouvent : sur les routes, on estime qu’au moins 1 accident corporel sur 6 est dû à la somnolence, voire plus sur les autoroutes, où les trajets sont plus monotones. Et qui plus est, les accidents dus un endormissement sont souvent graves car le conducteur n’a pas freiné pour diminuer la vitesse à l’impact.

Bref, même si vous adorez les séries ou surfer sur Internet, fixez-vous une heure à laquelle vous fermez vos écrans et souvenez-vous que c’est dans votre lit qu’il faut dormir, pas au volant !

 

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous