Diables Rouges

Sélection des Diables Rouges pour l’Euro : le mode d’emploi

© Tous droits réservés

17 mai 2021 à 04:00Temps de lecture2 min
Par Erik Libois

C’est le Jour J, bientôt l’heure du Jugement Dernier. A midi tapantes ce lundi, Roberto Martinez livrera son verdict : son noyau des Diables pour l’Euro qui débute le 11 juin. Depuis que l’UEFA a décidé de porter de 23 à 26 joueurs la taille des sélections, les heureux seront plus nombreux.

D’ici le 1er juin, date officielle où les Fédérations doivent rentrer leur sélection définitive auprès de l’UEFA, les coaches nationaux garderont sous la main une liste de réservistes, appelés à rejoindre le contingent en cas de blessure de l’un ou l’autre élu de la première vague. Ce midi, Roberto Martinez va donc très probablement rentrer une pré-sélection élargie incluant certains joueurs, avec lesquels il a convenu qu'ils entretiennent leur condition et diffèrent leur départ en vacances... dans l'espoir de sauter dans le train en cas de défection de dernière minute.

Mais qui prévient les joueurs ? Quand apprennent-ils leur sélection ? Comment éviter les fuites ? Stefan Van Loock, le chef de presse des Diables Rouges, nous éclaire.

Moi, je ne suis au courant de rien car je découvre la sélection le matin même de la conférence de presse " avance Van Loock… sans vraiment nous convaincre. " Parfois en blaguant, certains journalistes tentent de me tirer les vers du nez, mais c’est plutôt sous forme de clin d’œil. De toute manière, ça ne sert à rien car même si je savais, je ne dirais rien… Après, je sais que, par le passé, il y a parfois eu des fuites. Mais ce n’est plus possible aujourd’hui… "

© AFP or licensors

D’autant que la communication semble bel et bien verrouillée… même si le contexte de la pandémie (quarantaines, tests PCR, etc.) impose parfois d’anticiper les convocations et les demandes de visas ou de billets d’avion.

C’est très simple : c’est Roberto Martinez lui-même et un de ses assistants qui préviennent les joueurs sélectionnés. Cela se fait par un simple coup de fil ou par message Whatsapp… et en demandant la discrétion d’usage. Là aussi, la communication se fait le plus tard possible, le matin même ou la veille, pour éviter les fuites. Après, il va de soi que certains habitués de la sélection sont déjà prévenus plusieurs jours auparavant. Cela simplifie aussi la logistique. "

© Tous droits réservés

Lors de la Coupe du Monde 2014, Timmy Simons avait espéré jusqu’au bout une sélection. Le sélectionneur de l’époque, Marc Wilmots, avait prévenu le Brugeois de sa non-sélection… quelques minutes seulement avant la conférence de presse officielle. Furieux, Simons avait déploré " un manque de respect " (sic) : il estimait que ses états de service méritaient davantage d’égards, et donc une mise au parfum plus précoce…   

La situation de pandémie simplifie aussi les choses : nous organisons nos conférences de presse en ligne, en distanciel, avec peu de présence physique sur place. A part le personnel technique et notre staff de communication, il n’y a personne sur le site. Avec moins d’allées et venues, et donc d’interactions potentielles avec des membres du staff ou de l’administration, les risques de fuites sont donc réduits. Mais aujourd’hui, tout le monde joue de toute façon le jeu, car les journalistes savent bien qu’aucune information ne filtrera de chez nous " conclut Van Loock.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous