La Grande Forme

S’engager dans des associations à plus de 50 ans : bonne idée ?

S’engager dans la cause associative

© Getty Images

18 nov. 2022 à 15:00Temps de lecture2 min
Par Daphné Fanon

Ce n’est pas parce qu’on est âgé qu’on ne peut pas s'investir pour la bonne cause ! Il est tout à fait possible de s’engager passé 50 ans. C’est même l’une des meilleures façons de ne pas succomber à la morosité ambiante ! Le point avec Nicolas Evrard, journaliste pour le "Plus Magazine" et chroniqueur seniors pour "La Grande Forme."

Ces derniers temps, quand on écoute les informations, il y a de quoi avoir le moral dans les chaussettes. Face à l’anxiété qu’on peut ressentir à cette occasion et pour ne pas déprimer, une piste de solution : se mobiliser dans des initiatives locales ou des associations. Cela peut aider à se sentir moins seul et limite le sentiment d’impuissance.

Il n’y a pas d’âge pour se lancer

Aujourd’hui, si vous regardez le traitement médiatique de la contestation ou de la volonté de changement, ce sont presque toujours des jeunes qui sont mis en avant. "Quand on regarde ou on écoute les reportages, qu’on a d’une part des jeunes qui sont progressistes, qui s’investissent dans des causes, tandis que d’autre part, vous avez les boomers, qui sont de vieux conservateurs accrochés à leurs privilèges" explique Nicolas. Ce qui, n’est pas toujours vrai.

Des "boomers", certes, il y en a et il y en a toujours eu ! Ce sont souvent eux qui donnent une mauvaise image de leur génération. Mais en réalité, si vous contactez des associations, de nombreux membres ont plus de cinquante ans. Chez Amnesty par exemple, la moyenne d’âge est de 42 ans.

Pourquoi s’engager dans une association ?

  • La satisfaction personnelle

Les personnes qui s’engagent dans les luttes climatiques sont satisfaites de ne pas rester les bras croisés face à une injustice. Se battre pour une cause qu’on estime juste, c’est super pour l’estime de soi. C’est dynamisant. On ne subit pas, on agit.

  • Faire de belles rencontres

Sur le côté, cela permet de faire de belles rencontres, avec d’éventuelles amitiés à la clé. Maintenir et développer son réseau social, c’est capital pour bien vieillir. C’est donc du "win-win" : on fait avancer les choses, du moins on essaye, mais on se fait aussi du bien à soi-même.

Se mobiliser pour un monde meilleur à 50+, le meilleur remède contre la morosité ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’avantage du secteur associatif et militant, c’est que l’offre est très variée et que vous trouverez sûrement quelque chose qui correspond à votre profil. "Je vous cite juste trois associations très différentes, parce qu’elles regroupent spécifiquement des personnes un peu plus âgées" ajoute Nicolas Evrard :

  • Si vous avez de l’or dans les mains et que vous aimez venir en aide à votre prochain, tout simplement, il existe une asbl qui s’appelle "Les Papys bricoleurs", pour dépanner les gens qui n’ont pas forcément beaucoup de moyens.
  • Si c’est le climat qui vous anime, vous avez par exemple, l’association "Grands-parents pour le climat", qui regroupe des gens qui s’inquiètent pour leurs enfants, petits-enfants. Infos complémentaires sur leur site.
  • Dans un autre registre, plus revendicatif et social, il y a le "Gang des vieux en colère" qui est dépolitisé mais qui n’hésite pas à aller battre le pavé dans des manifestations, avec des membres déguisés en vieux allumés. C’est assez drôle.

​​​​​​​Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13 heures à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous