Serge Gainsbourg : l’obsédé textuel

Serge Gainsbourg

© Getty images

24 nov. 2022 à 12:36 - mise à jour 02 déc. 2022 à 08:07Temps de lecture2 min
Par Fanny Guéret
Serge Gainsbourg nous a quittés le 2 mars 1991 alors qu’il n’avait que 62 ans. Mais aujourd'hui encore, l’héritage musical qu’il a laissé  demeure puissant et intact.
Jazz, funk, reggae, variété, pop anglaise, slam… En 35 ans de carrière, en véritable jongleur du langage, avec un art maîtrisé du paradoxe et du sample, il a précédé la modernité et élevé la chanson au rang d’art. 
Serge Gainsbourg nous a laissés en héritage des chansons intelligentes, intemporelles, éternelles. Il affirmait pourtant que son art était mineur, ce qui nous avait valu un beau clash en télé entre lui et Guy Béart à l’époque! Réécoutez aujourd’hui Comic Strip ou Je t’aime moi non plus, ses chansons n’ont pas pris une ride ! Regardez ensuite son film et vous y verrez la question du genre abordée bien avant l’heure.
Pour Jacky (Les Enfants du Rock, Club Dorothée) qui a été longtemps son attaché de presse, Gainsbourg a inventé le buzz, sans le savoir, dans les années 70. Il avait bien compris comment faire exister son personnage dans la presse et à la télé. Aujourd’hui, les codes ont changé, mais s’il était toujours là, il serait sur Instagram pour sûr !
Pour l’artiste Bertrand Burgalat, il n’est pas loin de Houellebecq dans la façon dont il est un reflet de la société, y compris dans ce qu’elle peut avoir de plus noir. Et pour son collègue Sébastien Tellier, il a tout simplement tout fait mieux !
Pour le publicitaire Jacques Séguéla, le libertaire a incarné la contre-culture française des années 80.
 

"La connerie, c’est la décontraction de l’intelligence"

 
Gainsbourg le punchliner avant l’heure. Mais comment a-t-il débuté dans la musique ? Et comment écrivait-il ses chansons ? Ce documentaire décortique le processus créatif de l’artiste à travers bon nombre d’archives mais également de témoins qui l’ont côtoyé, admiré ou qui lui ont consacré un ouvrage. Connaissiez-vous le flop de La Javanaise lors de sa sortie en 1963 ? Le rapport complexe de Serge avec son père ? L’influence importante de Boris Vian dans ses textes ? Ce bijou qu’est ce premier album-concept Melody Nelson et son impact énorme sur les artistes actuels ? Le tournant pris après le succès d’Aux Armes et cætera ? Et pourquoi Jane Birkin l’a quitté ? Et comment Gainsbarre est devenu une marque ? Autant de questions auxquelles ce documentaire fouillé répond rigoureusement.
 
Gainsbourg a définitivement révolutionné le paysage musical français et bien au-delà. Il a aussi été et est toujours un abreuvoir pour les rappeurs. Artiste sampleur et samplé par ces derniers, il cultivait d’ailleurs lui-même une attitude de rappeur dans son côté un peu bling-bling, antisystème, brûleur de billets, homme à femmes misogyne. Pourtant, à l’heure où la société est beaucoup plus attentive aux comportements sexistes, à l’heure de la cancel culture, Serge Gainsbourg a bien suscité quelques interrogations sur le bien-fondé de son œuvre aujourd’hui, mais son empreinte musicale brille toujours autant et semble ancrée dans l’Histoire de la musique pour l’éternité.
 
La story de Serge Gainsbourg : Le punchliner, c'est ce vendredi 2 décembre à 20h35 sur La Trois, et en replay sur Auvio durant 60 jours. 

Sur le même sujet

Quel est le processus créatif de Serge Gainsbourg ?

La Trois

Articles recommandés pour vous